Sativex : la mise en garde de l’Académie de médecine

Sativex : la mise en garde de l’Académie de médecine

14.01.2014
  • 1389716189488773_IMG_120190_HR.jpg

Sous le titre : « Sativex : un suivi rigoureux en matière de pharmacovigilance et d’addictovigilance s’impose », l’Académie de Médecine adresse un communiqué aux prescripteurs et aux patients concernés par cette prescription, pour une mise en garde contre les effets adverses avérés du THC, « notamment au plan psychique ».

L’Académie précise qu’« aucun progrès significatif dans le domaine des effets thérapeutiques allégués n’est apparu récemment » (concernant le cannabis), alors que « les connaissances des effets adverses se sont précipitées et multipliées ».

Non seulement les bénéfices potentiels du THC sont tous modestes, mais on dispose de médicaments plus efficaces dans son domaine thérapeutique (analgésiques, opiacés et opioïdes actuellement disponibles).

L’Académie rappelle que le 7 janvier 2013, elle s’était prononcée contre le projet du décret, qui a été adopté le 5 juin dernier.

Mécanisme d’action incertain

Les Académiciens s’étonnent, « sur le plan pharmacologique, de voir associer le THC, dans une proportion mal justifiée, et le CBD (canabidiol), au mécanisme d’action incertain, afin d’amoindrir les méfaits du THC ».

Ils détaillent les raisons pour lesquelles ils se sont opposés au décret :

– ce décret ne fait pas de distinction entre les nombreux cannabinoïdes contenus en proportion différente dans les diverses variétés de cannabis ;

– le THC a une pharmacocinétique très particulière, qui favorise la dépendance, liée à son stockage dans les lipides en particulier cérébraux, avec des effets qui se prolongent, difficiles à prévoir d’un sujet à l’autre ;

– la dépendance physique est avérée, liée à la persistance très longue du THC dans l’organisme. Après arrêt de la consommation, il faut 8 semaines pour ne plus trouver de métabolites des cannabinoïdes dans les urines du consommateur, « ce qui est une situation exceptionnelle pour un médicament » ;

– la simultanéité des activités multiples et imbriquées du THC est incompatible avec une logique thérapeutique, « qui s’efforce de viser un effet unique » ;

– des interactions médicamenteuses nombreuses et gênantes : le THC potentialise les effets du tabac, de l’alcool, des benzodiazépines et d’autres sédatifs et hypnotiques, et y compris leurs reliquats matinaux ;

– des effets indésirables graves et des situations à risque : les relations entre THC et troubles anxieux ou dépressifs sont établies. Un usage chronique aboutit par ailleurs à une diminution marquée des capacités intellectuelles. Et, « il ne faut pas oublier sa responsabilité dans le développement d’un type agressif de cancer de testicule, la diminution de la testostéronémie qui perturbe la libido, des effets immunodépresseurs et cardiovasculaires ».

Pas une légalisation du cannabis

Enfin, l’Académie rappelle que l’AMM accordée au Sativex ne constitue pas une légalisation du cannabis et met en garde contre les risques de détournement de l’usage du Sativex, pas tant pour les fumeurs de joints mais plutôt pour les prescriptions hors AMM, comme sevrer les toxicomanes, atténuer les nausées causées par la chimiothérapie, traiter l’anorexie associée au sida, des indications connues par le public mais non validées par des études cliniques.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
15.01.2014 à 10h07

« Relation directe entre persistance des métabolites du THC et une soi-disant dépendance physique, jamais observée d'ailleurs ?! Claude Bernard doit se retourner dans sa tombe. L'étude clinique "avéra Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 18

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 15

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter