Pub dans les salles d’attente : les critiques « intrusives » de Que Choisir ulcèrent la CSMF

Pub dans les salles d’attente : les critiques « intrusives » de Que Choisir ulcèrent la CSMF

09.01.2014
  • 1389285321487363_IMG_119835_HR.jpg

La dernière sortie de l’UFC-Que Choisir qui dénonce dans son numéro de janvier l’invasion des prospectus publicitaires dans les cabinets médicaux (« Non aux marchands du temple dans les salles d’attente »), et presse la ministre de la Santé de faire le ménage dans la prochaine loi de santé publique, exaspère la CSMF. « Toujours en quête de sensationnel, l’UFC-Que Choisir s’en prend cette semaine aux salles d’attente et aux dépliants mis à la disposition des patients par les médecins qu’ils assimilent à de la publicité, peste le syndicat. Cette nouvelle attaque en règle contre les médecins libéraux, qui survient après la diffusion de chiffres grossièrement truqués sur les prétendus "dépassements d’honoraires", est totalement déplacée et hors de propos. »

Alors que l’association évoque une véritable « déferlante commerciale », la CSMF assure que la plupart des dépliants et prospectus dans les salles d’attente des cabinets sont « des documents émanant des autorités sanitaires, dont la HAS, la Direction générale de la Santé, des ARS [agences régionales de santé], ainsi que de l’assurance-maladie, et parfois même de certaines associations de patients ».

La couleur des peintures et les espèces de plantes vertes

Ces documents, ajoute le syndicat du Dr Chassang, « participent à l’information des patients et, pour certains, relèvent de l’éducation thérapeutique ».« Il appartient à chaque médecin de déterminer ce qu’il souhaite diffuser dans sa salle d’attente », tranche la CSMF.

Le message est clair : la démarche de Que Choisir est « intrusive » dès lors que la salle d’attente appartient au médecin, « libre d’y diffuser les informations qu’il juge utiles au regard de sa patientèle ».

Le syndicat s’en prend ensuite, avec ironie, aux méthodes de l’association. « L’UFC-Que Choisir, qui cherche à tout régenter, veut-elle aussi imposer la censure des pages de publicité contenues dans les journaux et magazines proposés dans les salles d’attente ? (...) Il est hors de question que, demain, elle se permette de définir la couleur des peintures, la forme des chaises ou les espèces de plantes vertes autorisées, dans le but de se faire de la publicité. Les médecins libéraux sont encore maîtres chez eux et entendent le rester ! »

 C. D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 17 Commentaires
 
26.01.2014 à 19h22

« Le concert d'aberrations qui nous assourdit tous les jours résulte de la complication apocalyptique du système social et politique ; nous ne pouvons désormais en attendre que violence systématique e Lire la suite

Répondre
 
09.01.2014 à 22h58

« Les DAM de la CPAM, les représentants des patients du CISS les dont les formations sont payées par les ARS, les testings et actions du fond CMU et maintenant les fouilles QC; on n'arrête plus les gu Lire la suite

Répondre
 
09.01.2014 à 22h38

« A bas la méchante médecine libérale vendue au capitalisme sauvage! (par ailleurs prescriptrice abusive de dangereuses bzd... mère de tous les maux de la médecine actuelle?) Soyons tous demain de ver Lire la suite

Répondre
 
09.01.2014 à 21h44

« Grossière erreur car même si c'est vous qui y passer l'"aspiro", la salle d'attente est un espace publique! Autrement dit ouvert au public et il est bien dommage que la C.S.M.F ne soit pas au couran Lire la suite

Répondre
 
10.01.2014 à 06h29

« Non la salle d'attente d'un Médecin généraliste n'est pas publique mais privée contrairement aux hôpitaux et cliniques.
Tout le monde n'a pas à y rentrer !!! »

Répondre
 
10.01.2014 à 08h21

« La salle d'attente est un ENDROIT PUBLIQUE si le médecin consulte sans rendez-vous, car dans ce cas, n'importe quelle personne peut s'y trouver. A partir du moment où les consultations sont effectué Lire la suite

Répondre
 
09.01.2014 à 21h36

« Ah ah ah la CSMF fait semblant de réagir, malheureusement elle est mal placée pour critiquer les organismes subventionnés par l'état comme elle, et clique de toutes ses médailles pour bons et loyaux Lire la suite

Répondre
 
10.01.2014 à 08h24

« Je ne suis pas adhérent à la CSMF.
Mais je ne comprends pas pourquoi les syndicats n'interviennent-ils pas pour défendre les médecins ? Critiquer, c'est bien. Mais proposer une solution, c'est mieu Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
sécurité

968 agressions déclarées en 2016 : année noire pour la sécurité des médecins

Le nombre de d'agressions de praticiens déclarées s'est envolé en 2016 pour atteindre un nombre record, selon un bilan de l'Observatoire de la sécurité des médecins publié en exclusivité par « le Quotidien ». Dans deux tiers des cas, les incidents concernent un généraliste. Les menaces verbales restent majoritaires mais les cas de vandalisme augmentent. 20

Guérilla tarifaireC à 25 euros : les généralistes contestataires de Romillé traduits en commission paritaire Abonné

Cinq médecins de Romillé (Ille-et-Vilaine) sont convoqués aujourd'hui devant leur caisse primaire, à Rennes, pour avoir facturé leurs... Commenter

Baisses des forfaits techniques, suppression du modificateur ZLes radiologues en grève contre les coups de rabot tarifaire Abonné

La Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) appelle les spécialistes à une journée de grève nationale aujourd'hui pour refuser... 3

La surveillance active, une option viable dans les cancers de la prostate localisés

prostate

Deux études observationnelles publiées dans le « JAMA » dressent un tableau complet des effets secondaires associés aux différentes... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter