Comment le rose vient au saumon d'élevage

Comment le rose vient au saumon d'élevage

30.12.2013
  • saumon

Faut-il avoir peur de manger du saumon d’élevage ? Yves Harache, physiologiste et spécialiste de l’aquaculture, fait le tour de la question et tord le cou à quelques idées reçues.

Le Quotidien – PCB, antibiotiques, farines animales, colorants… Les conditions d’élevage des saumons sont souvent dénoncées. À tort ou à raison ?

Yves Harache Nombre de propos rapportés sur les saumons d’élevage depuis des années relèvent souvent de la désinformationActuellement, ces poissons sont élevés dans des zones où la pollution marine est très faible, en cages flottantes de grandes dimensions pendant 1,5 à 2 ans dans des conditions de nombre et d’alimentation très strictement contrôlées. Ils sont abattus très rapidement par choc électrique ou par immersion dans de l’eau de mer glacée éventuellement additionnée de gaz carbonique. Dans les deux cas, ils sont saignés immédiatement.

Ce poisson carnivore nécessite un aliment à haute teneur en protéines et en acides gras. Il est nourri avec des aliments à base d’un mélange de farines et d’huiles de poissons sauvages (pêche minotière, captures accessoires ou coproduits issus de la préparation de poissons : filetage par exemple). Une part croissante de farines végétales est également utilisée en complément des farines de poissons dans le but d’épargner cette ressource rare et non extensible à l’infini. L’inclusion de farines de poisson dans les aliments du saumon a ainsi été réduite de près de 50% entre 1995 et 2010. Les captures de la pêche minotière ont pour leur part diminué depuis la fin des années 90. (1) (2)

Pour la coloration des saumons d’élevage, on utilise des pigments caroténoïdes précurseurs de la vitamine A, tel que l’astaxanthine. Le pigment présent dans les crevettes et qui donne sa couleur au saumon sauvage de l’Atlantique. Certaines microalgues en produisent activement. Selon les élevages et le type d’utilisation (truite ou saumon, frais, filetage ou fumage), les éleveurs utilisent des proportions variables d’astaxanthine et de cantaxanthine, un caroténoïde de synthèse proche du précédent également utilisé en élevage de volailles et de poules pondeuses. Ces procédures sont autorisées dans l’Union européenne et font l’objet de réglementations très précises.

L’élevage des saumons est-il contrôlé par les principaux pays éleveurs en Europe ?

Quand les matières premières utilisées pour l’alimentation contiennent des contaminants, des résidus peuvent être retrouvés dans la chair des poissons élevés, ainsi que des traces des traitements utilisés. Les saumons d’élevage font l’objet de contrôles extrêmement précis et documentés par diverses institutions. Notamment en Norvège par le NIFES (National Institute of Nutrition and Seafood Research), qui publie un rapport annuel détaillé sur la teneur en divers contaminants (résidus de traitements thérapeutiques, dioxines, pesticides, PCB’s, métaux lourds : mercure et cadmium) (3). Le rapport 2013 donne les résultats des analyses de filets 1 999 et de 1 590 foies provenant d’un échantillonnage global de 11 585 poissons d’élevage représentant un poisson pour 100 tonnes de production.

Selon ce rapport, les résidus de traitements et les différents polluants sont souvent indétectables où en quantité trop faible pour être mesurée avec précision. Quand elles sont trouvées, les concentrations de dioxine, de pesticides, de PCB, de métaux lourds (mercure et de cadmium) sont très sensiblement inférieures aux limites fixées par l’Union européenne pour la commercialisation des poissons.

Par ailleurs, la présence massive d’antibiotiques dans les saumons d’élevage, mise en avant dans divers articles ou émissions TV polémiques, repose fréquemment sur de fausses affirmations. Leur usage est strictement réglementé, et réduit au minimum indispensable depuis les années 90 grâce à l’utilisation systématique de vaccins efficaces contre les maladies bactériennes les plus couramment rencontrées : vibrioses et furonculose. En 2012, des résidus de produits antibactériens n’ont été trouvés dans aucun des 1 590 échantillons de foie (organe qui présente généralement les plus hautes concentrations).

Ce rapport est public et disponible (3). Le Pr Narbonne, toxicologue reconnu, a publié une mise au point intéressante suite aux critiques répétées sur les risques à consommer du saumon d’élevage. (4)

Va-t-on manger du saumon transgénique dans un avenir proche ?

Une Société américaine,  Aqua Bounty a développé une technologie de transfert de gènes obtenant une croissance beaucoup plus rapide du saumon. Ils projettent de commercialiser les œufs réputés stériles et monosexe (100% de femelles) de ces transgènes ( Aquadvantage salmon ) à des éleveurs.

Environment Canada a accepté en 2013 le principe de l’élevage de ces animaux stériles dans des établissements certifiés, disposant d’une autorisation spéciale. Ils devront obligatoirement être élevés à terre en système clos, rendant toute fuite de saumons dans l’environnement impossible. Aux États-Unis, la FDA ( Food and drug administration) étudie le dossier et n’a pas encore  arrêté de décision . En Europe, aucune évolution de ce type n’est à l’ordre du jour. Les producteurs de saumon ainsi que WWF Norway  considèrent que les consommateurs doivent être en mesure d’identifier la nature du produit acheté, et demandent que les saumons GM soit clairement identifiés et étiquetés si ce produit était approuvé pour le marché américain.

Indépendamment de la notion de risque de ces produits, il y a des doutes pour penser que ce mode de production puisse de se développer de façon concurrentielle à grande échelle, malgré une croissance beaucoup plus rapide des animaux. Le coût élevé de mise en œuvre de systèmes clos sécurisés à terre réduira une partie de cet avantage, le consommateur européen marquera probablement une grande prudence et le saumon produit devra sans doute se vendre à un prix inférieur. Il existe beaucoup d’autres possibilités de produire du saumon de qualité, strictement contrôlé et à des prix tout à fait raisonnables pour le consommateur. A titre personnel, je compte fermement continuer à manger du saumon...

Yves Harache est physiologiste, anciennement à l’IFREMER et président 2010-2012 de l’European Aquaculture Society

(1) Marine Harvest Calls for Labeling of GM Salmon
(2) Fishmeal and Fish oil and their role in Sustainable Aquaculture
(3) "La Norvège reconnaît que son saumon peut être dangereux pour la santé"? Un modèle de désinformation
(4) National Institute of Nutrition and Seafood Research
Bourre JM, Paquotte P. Contribution de chaque produit de la pêche ou de l’aquaculture aux apports en DHA, iode, sélénium, vitamine D et B12. Médecine et nutrition, 2006, vol 42, n°3 : 113-128

> PROPOS RECUEILLIS PAR LE Dr I. C.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 10 Commentaires
 
05.01.2014 à 11h43

« Euh, c'est censé être rassurant mais ça ne donne pas envie d'en manger quand même ! " Ne vous inquiétez pas, la farine pour les saumons et les colorants injectés sont d'origine contrôlée! Et ils ne Lire la suite

Répondre
 
31.12.2013 à 09h32

« Faire des prélèvements de filets sur dans une eau continuellement brassée, heureusement que les teneurs sont en dessous de la normale, mais les analyses de chair ou d'excréments sont-ils aussi "ver Lire la suite

Répondre
 
31.12.2013 à 08h24

« Monsieur Harache a-t-il des conflits d'intérêt ?
merci. »

Répondre
 
05.01.2014 à 11h36

« Euh, c'est censé être rassurant mais ça ne donne pas envie d'en manger quand même ! " Ne vous inquiétez pas, la farine pour les saumons et les colorants injectés sont d'origine contrôlée !" »

Répondre
 
01.01.2014 à 19h01

# Le Quotidien du Médecin se fait-il payer pour insérer une défense de la qualité du saumon d'élevage par le président de la société d'aquaculture ?

Répondre
 
31.12.2013 à 00h16

« Sceptique en plus des documentaire, en particulier TV, il y a les confirmations du Pr Khayat. Scepticisme+++ Où est le documentaire bien informé, l'avis autorisé et à l'inverse la désinformation le Lire la suite

Répondre
 
30.12.2013 à 21h40

« Qui croire? Yves Harache ou Lise Barnéoud dans le n° de Novembre 2013 de "Sciences et Vie", mensuel réputé pour être plutôt sérieux ? J'aimerais savoir si les propos de Mr Harache que concernent que Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 23

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter