Loi « conso » : les ordonnances de lunettes restent valables trois ans, le SNOF soulagé

Loi « conso » : les ordonnances de lunettes restent valables trois ans, le SNOF soulagé

18.12.2013
  • 1387384993484410_IMG_119164_HR.jpg

Le Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF) accueille assez favorablement la dernière version du projet de loi sur la consommation adopté en deuxième lecture par l’Assemblée nationale.

Le SNOF salue en particulier la décision du gouvernement, contrairement à ses intentions initiales, de maintenir l’obligation de renouveler tous les trois ans l’ordonnance de lunettes. Cela « redonnera, dans le parcours de santé, tout leur rôle aux ophtalmologistes », a reconnu Benoît Hamon, ministre délégué à la Consommation.

Pour le SNOF, cet arbitrage (accompagné de déclarations ministérielles « très positives » en faveur de la délégation de tâches aux orthoptistes) « nous permet de garder la dynamique de prévention ». Initialement, le gouvernement souhaitait faire passer de trois à cinq ans la durée de validité de l’ordonnance de lunettes.

Pour autant, les ophtalmologistes ne se satisfont pas du texte en l’état. Si l’obligation de prescription pour les lentilles de contact est maintenue dans le projet de loi, des modalités importantes sont renvoyées à de futurs décrets.

CNPS : une régression sanitaire

Surtout, le gouvernement a confirmé sa volonté de favoriser la vente sur Internet de lunettes grâce à la mention systématique sur l’ordonnance de l’écart pupillaire (à l’examen de l’ophtalmologiste alors qu’il incombe actuellement aux opticiens). « Pour la première fois, les législateurs ont imposé à une spécialité médicale une mesure dont la finalité est de servir les intérêts d’une entreprise privée », s’agace le SNOF.

Très critique, le Centre national des professions de santé (libéraux) juge que le projet de loi sur la consommation introduit une « démédicalisation inédite de certains secteurs de la santé pour les confier à des filières commerciales », en particulier sur les dispositions relatives à l’optique. Ce texte amorce une « régression sanitaire », tacle le CNPS, qui dénonce « la complicité passive du ministère de la Santé ».

 C. D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
19.12.2013 à 02h23

« La haine des "riches" de ce gouvernement ne fait qu'attiser les délires des envieux....à tirer sur les opticiens, les prothésistes,les dentistes (et les médecins), qui font des métiers difficiles, m Lire la suite

Répondre
 
19.12.2013 à 00h34

« C'est vrai que notre président veut faire une politique de Hollande mais ne réussit qu'à nous jeter dans la Grèce ... »

Répondre
 
18.12.2013 à 19h43

« Ils veulent tout génériquer. La classe politique française l'est déjà sauf qu'elle coûte plus cher qu'un princeps !! »
Un médecin généraliste

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 4

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 11

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter