Les avancées en immunothérapie

Les avancées en immunothérapie

16.12.2013
  • 1389353044487572_IMG_119889_HR.jpg

Le nivolumab, anticorps monoclonal anti-PD1 entièrement humain, dans un essai de phase I (Brahmer et al) permet d’obtenir une réponse complète dans le cancer colorectal à la dose de 3 mg/kg, réponse qui a persisté 21 mois et deux réponses partielles à la dose de 10 mg/kg dans le cancer rénal et le mélanome. Un autre essai de phase I (Topalian et al. NEJM 2012) a évalué le nivolumab dans les mélanomes métastatiques, les CBNPC, le cancer rénal, le cancer de la prostate résistant à la castration et le cancer colorectal avec des réponses objectives dans les mélanomes, les CBNPC, le cancer rénal et absence de réponse pour les carcinomes prostatiques et colorectaux. La toxicité immunomédiée (pneumopathie, vitiligo, hépatite, colite, hypophysite, hypothyroïdie) grade ≥ 3 a été observée chez 14% des patients, le plus souvent réversible à l’arrêt du traitement associé à une corticothérapie. Le nivolumab améliore la survie globale des patients lourdement prétraités atteints de mélanomes métastatiques, de CBNPC ou encore de carcinome rénal.

Le lambrolizumab est également un anti-PD1 qui permet d’obtenir des réponses objectives chez 38% des patients atteints de mélanome métastatique exposés ou non à l’ipilimumab dans une étude publiée dans le « Journal of Clinical Oncology », avec une réponse persistante chez 80 % d’entre eux (Hamid et al. NEJM 2013).

Les résultats obtenus avec l’anti-PDL1 (BMS-937559) sont un peu moindres.

On élargit le spectre de l’immunothérapie à des tumeurs dites « non-immunogènes » comme les CBNPC, les réponses semblent durables, le profil de tolérance est acceptable.

Le PDL-1 serait un biomarqueur prédictif de réponse mais cela reste à confirmer. Des associations thérapeutiques sont en cours d’évaluation, notamment avec l’ipilimumab, d’autres inhibiteurs tyrosine kinases, des chimiothérapies.

Session Speed Data de l’Association d’enseignement et de recherche des internes en oncologie (AERIO).

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Radié par l'Ordre pour non-paiement de ses impôts, un généraliste réhabilité par le conseil d'État

radié

Le fait pour un praticien de ne pas avoir payé ses impôts constitue-t-il un comportement de nature à déconsidérer la profession ? Oui, à en... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter