Hémopathies malignes : une intéressante amélioration des greffes de sang de cordon à l’étude

Hémopathies malignes : une intéressante amélioration des greffes de sang de cordon à l’étude

13.12.2013
  • 1386929454482377_IMG_118547_HR.jpg

Une technique de traitement des greffes de sang de cordon, pour les enrichir avant leur transplantation, aboutit à une amélioration de la survie et de différents paramètres cellulaires, chez des patients souffrant de leucémies et de lymphomes.

La technique d’expansion cellulaire multiplie le nombre des cellules. Ce qui est à même d’augmenter le nombre des patients pouvant en bénéficier, indique l’auteur principal, Patrick Stiff, lors de sa présentation au Congrès annuel de l’American Society of Hematology.

Les patients souffrant d’hémopathies malignes qui ont un traitement myéloablatif pour éradiquer les cellules cancéreuses, doivent recevoir pas la suite une greffe de cellules souches immatures. La greffe peut être fournie par un membre de la famille ou par un généreux donateur.

Moins de 50 % des patients qui ont besoin d’une greffe en reçoivent effectivement une, faute de donneurs compatibles. Les cellules souches provenant de sang de cordon, qui ne nécessitent pas une compatibilité parfaite, représentent une alternative.

Deux cordons par adulte

Un cordon toutefois ne contient suffisamment de cellules que pour greffer un enfant. Les adultes reçoivent souvent une double dose de sang de cordon, provenant de deux nouveau-nés.

La nouvelle technique que les chercheurs ont nommée « StemEx », permet d’obtenir au bout de 21 jours, une multiplication par 14 fois du nombre des cellules souches disponibles pour une transplantation.

Une étude a été menée sur les greffes ainsi préparées, dans 25 centres, chez 101 patients souffrant de leucémies et de lymphomes. Ils ont été comparés à un groupe témoin de 295 patients qui ont reçu une double dose de sang de cordon non préparé.

La survie à 100 jours est significativement plus longue dans le groupe StemEx que dans le groupe témoin (84,2 % vs 74,6 %). Et la prise de greffe est plus rapide, toujours dans le groupe StemEx, pour développer un nombre suffisant de cellules souches. Ainsi, la greffe des neutrophiles s’est faite en 21 jours, comparativement à 28 jours dans le groupe témoin. Et les plaquettes ont pris en 54 jours, versus 105 jours. « Plus les neutrophiles et les plaquettes sont greffés rapidement, moins le patient a de risques d’infections et de saignements », commentent Stiff et coll.

La technique n’a pas encore reçu l’approbation de la Food and Drug Administration et n’est pas disponible en pratique, excepté dans les études cliniques.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

BCG, méningocoque, HPV... les recommandations du calendrier vaccinal 2017

calendrier

Le calendrier des vaccinations 2017 vient d'être rendu public ce jour par le ministère chargé de la Santé après avis du Haut Conseil de la... 1

Marisol Touraine appelle à voter « massivement » pour Emmanuel Macron

touraine

La ministre de la Santé est sortie de son silence à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, dimanche soir. « J’appelle les... 11

ROSP : 7 000 euros par généraliste en 2016

ROSP

Très attendue, la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) est versée ces jours-ci à près de 91 000 médecins libéraux au titre... 11

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter