Un petit pas... en faveur des microbes martiens

Un petit pas... en faveur des microbes martiens

11.12.2013
  • 1386761809481704_IMG_118473_HR.jpg

De nouvelles indications que la planète Mars a pu offrir un environnement favorable au développement de micro-organismes ont été présentées lundi à la réunion de l’union géophysique américaine (AGU) à San Francisco, en Californie, avec la description et l’analyse d’une couche de sédiments épaisse, datant de 4 milliards d’années.

En effet, un forage récent effectué par le laboratoire mobile Curiosity dans la « baie de Yellowknife » dans le cratère Gale, près de l’équateur martien, a permis d’établir qu’une couche de sédiments à grains très fins a été formée sur place dans un environnement fluvio-lacustre calme il y a environ 4 milliards d’années. Un premier sondage avait permis d’établir plus tôt que le lac contenait de l’eau peu salée, à un pH proche de la neutralité et des minéraux dans différents états d’oxydation.

D’autre part, le lac contenait les éléments carbone, hydrogène, oxygène, soufre et des traces d’azote et de phosphore. Autant de conditions a priori propices à une vie microbienne simple ressemblant à celle des extrêmophiles des cheminées hydrothermales océaniques qui utilisent une source d’énergie inorganique.

Ces résultats encourageants ne constituent cependant pas une preuve, par exemple, explique au « Quotidien » Gilles Dromart, professeur à l’ENS de Lyon et co-investigateur sur ChemCam (l’un des instruments à bord de Curiosity), qui est actuellement en Californie : « On ignore sous quelles formes se trouvent les éléments phosphore et azote, et quelle a pu être leur (bio)disponibilité. »

Une étape de franchie

La durée de l’environnement lacustre martien a été évaluée de façon grossière comme pouvant varier entre 1 000 et 10 000 ans, voire plus, en tenant compte de la profondeur de la couche de sédiments et des vitesses de sédimentation mesurées dans des environnements terrestres similaires. Il est clair que les chances d’apparition d’une vie organique s’accroissent avec celle de la persistance de cet environnement.

En dépit de ces incertitudes, les chercheurs sont satisfaits de l’avancée que représentent les nouvelles données. « Nous franchissons une étape qui nous permet de passer d’une mission consacrée à la recherche d’un environnement habitable (sur Mars) à celle de la détermination des régions de cet environnement qui préservent aussi le carbone organique », a indiqué John Grotzinger, un scientifique de l’institut de technologie de Californie, lors de la réunion de l’AGU.

Mais une preuve absolue de vie demandera la découverte « de fossiles de cellules en division ou au moins de biomarqueurs », commente Gilles Dromart. À l’avenir, l’instrument d’analyse d’échantillons SAM de Curiosity va donc être utilisé pour la recherche de molécules organiques d’origine biologique certaine.

 ISABELLE TROCHERIS
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 20

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter