Prime de sujétion, repos de sécurité : un an après, rien n’est réglé, affirment les internes

Prime de sujétion, repos de sécurité : un an après, rien n’est réglé, affirment les internes

05.12.2013
  • 1386242654479803_IMG_117669_HR.jpg

L’Intersyndicat national des internes (ISNI) déplore que les principales mesures du plan gouvernemental destiné à améliorer les conditions de travail des internes n’aient toujours pas vu le jour. « Le compte n’y est pas », affirme l’ISNI.

À la suite du mouvement de l’automne 2012, les internes avaient obtenu l’assurance que plusieurs revalorisations interviendraient à compter du 1er novembre 2013 (hausse de 59 euros bruts par mois de la prime de sujétion des internes de 1e et 2e année, prime de 125 euros pour les internes de médecine générale en SASPAS, forfait d’aide au transport de 130 euros).

Au total, 16,4 millions d’euros devaient être consacrés à ces revalorisations. Or, les textes d’application ne sont toujours pas parus. La Direction générale de l’offre de soins (DGOS) a assuré qu’elle appliquerait rétroactivement ces revalorisations avant la fin de l’année 2013.

Un an de patience

Malgré les engagements ministériels de faire appliquer le repos de sécurité des internes - l’ISNI déplore qu’aucune mesure contraignante ne soit mise en place pour sanctionner les services hors-la-loi.

Il y a un an, le ministère de la Santé adressait une circulaire aux agences régionales de santé (ARS) leur intimant de faire appliquer le repos de sécurité de 11 heures obligatoire à l’issue de chaque garde de nuit, afin que l’interne ne travaille pas plus de 24 heures d’affilée.

« La situation s’est améliorée mais nous avons encore du chemin à parcourir », a reconnu Marisol Touraine, lors de l’université de rentrée de l’ISNI le 26 octobre. L’ISNI affiche sa déception et souhaite que les principaux points de blocage soient rapidement levés.

 CH.G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... 2

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Réforme du troisième cycle : les jeunes voient rouge, s'estimant exclus des discussions

internes

Le torchon brûle autour de la réforme du troisième cycle des études médicales. L'Intersyndicat national des internes (ISNI) et... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter