Études médicales, DPC, facs, généralistes enseignants : le président de l’Ordre tire à vue

Études médicales, DPC, facs, généralistes enseignants : le président de l’Ordre tire à vue

04.12.2013
  • 1386178632479636_IMG_117650_HR.jpg

Le président du conseil national de l’ordre de médecins (CNOM) rencontrera François Hollande la semaine prochaine à l’Élysée. Il s’entretiendra avec le chef de l’État d’un sujet clé à ses yeux : la formation médicale.

Intervenant au congrès de l’hospitalisation privée ce mercredi à Marseille, le Dr Patrick Bouet a présenté sans fard sa vision des choses : la formation des médecins, tant initiale que continue, n’est plus du tout adaptée au monde d’aujourd’hui.

Un monde qui bouge : en Europe se déplacent librement médecins, patients, capitaux. À ne pas voir ces évolutions, le système de santé français risque de « perdre progressivement sa qualité, son rang, pour devenir un système moyen », prédit le généraliste. Le président du CNOM estime que la France aborde la question de la démographie médicale par le mauvais bout. « Le problème ce n’est pas le nombre, c’est la compétence », dit-il.

Numerus clausus, ECN : à revoir !

Les facultés de médecine ont à ses yeux une lourde part de responsabilité. Elles ne présentent pas aux étudiants le panel complet des modes d’exercice, et n’ont pas adapté leurs programmes de formation, en y injectant par exemple de la sociologie et de l’économie. « Les facultés ne sont pas adaptées à leur environnement », tranche le patron de l’Ordre. Une bataille avec les doyens se profile : « Je n’ai pas été élu pour rentrer dans le ronron, prévient-il. Mon ambition est de peser sur les acteurs ».

S’il a abandonné sa casquette de généraliste enseignant (sur un coup de tête), il y a longtemps, c’est parce que les généralistes enseignants lui ont paru être « les pires adversaires de l’exercice en cabinet libéral, en n’en montrant qu’une image négative ». Les intéressés apprécieront.

La question du numerus clausus est également posée. « En faut-il encore un, quand on sait que la plupart des jeunes qui débuteront en 2014 n’auront pas fait leurs études en France », interroge le Dr Bouet.

Autre flèche décochée : les épreuves classantes nationales (ECN) sont « certainement obsolètes dans leur forme actuelle », en ayant pour premier objectif de « remplir les hôpitaux ».

Un DPC au service de la qualité, pas des organismes formateurs

La formation continue ne trouve pas plus grâce aux yeux de Patrick Bouet. « Tant que le DPC aura pour objectif de segmenter la profession en secteur de compétences, dit-il, on sera dans l’échec. Comment promouvoir dans le même temps la coordination des soins? Pourquoi même séparer les médecins des autres acteurs de santé? ».

Le Dr Bouet pense que le DPC a perdu de vue sa mission centrale. « Il y en a un peu assez du terrorisme de la recherche du financement, reprend-il. Le DPC ne se fait pas à l’avantage des organismes formateurs. Un bon DPC doit viser l’amélioration de la qualité des soins, et seulement cela. Je l’ai dit à l’IGAS, je le redirai au président de la république ».

Que Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur, ait qualifié l’Université de « garant de la qualité des soins » a fait aussi bondir le patron du CNOM. Le Dr Bouet est décidé à surmonter cette « barrière politique ». Il sait qu’il trouvera sur sa route ses collègues universitaires...

Le président de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) a salué un discours « progressiste ».« Que de chemin parcouru en quelques années », s’est exclamé Jean-Loup Durousset.

La FHP et le CNOM ont créé un groupe de travail pour réfléchir à des préoccupations communes comme l’hyperspécialisation.

Mise à jour (5/12/2103) : le Dr Bouet précise sa pensée

Le Dr  Patrick Bouet a contacté la rédaction du « Quotidien ». Il tient à apporter les précisions suivantes.
• Son propos sur les généralistes enseignants visait ceux qu’il a connus il y a 25 ans ( « à une époque où on parlait plus de pénibilité que d’attractivité »), et non ceux d’aujourd’hui.
• Sur le numerus clausus, la question doit bel et bien être posée, notamment, estime-t-il, parce qu’en 2014 « arrivera la première génération d’étudiants formés en Roumanie, qui viendra passer l’ECN sur le territoire français ».
Genevière Fioraso a affirmé que la seule FMC de qualité est universitaire, rectifie le président du CNOM. Ce que conteste l’Ordre : « Bien d’autres modes de formation existent, qui sont aussi de qualité », dit le Dr  Bouet.
 DELPHINE CHARDON
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 45 Commentaires
 
12.12.2013 à 15h20

« Bon maintenant il faudrait supprimer le numerus clausus..!!
Les mêmes qui ont probablement voulu son instauration voudraient aujourd'hui qu'il disparaisse... très drôle !
A mon avis ce n'est pas ce Lire la suite

Répondre
 
07.12.2013 à 14h47

« Fort heureusement, le CO n'est pas le barreau et la loi dit que les élus ordinaux n'ont strictement qu'à vérifier l'authenticité des diplômes. Rien de plus dangereux que des élus ordinaux qui se pre Lire la suite

Répondre
 
07.12.2013 à 14h40

« Il nous faut soutenir le président. Ne laissons pas les hospitalo universitaires régenter notre formation continue. »

Répondre
 
Pascale F Médecin ou Interne 09.12.2013 à 22h21

« Mais qui régente ta FMC ? Tu n'en as quasiment plus de FMC. Surement pas l'imposture appelée DPC. Merci aux experts et aux universitaires qui seuls ont une vue documentée et large des pathologies et Lire la suite

Répondre
 
06.12.2013 à 23h38

« Les patients... L'Etat n'a rien fait pour les former à se préparer à "la consultation". Résultat, ils passent leur temps dans la salle d'attente à somnoler, à lire, à rouspéter car "il est en retard Lire la suite

Répondre
 
Raphaël L Médecin ou Interne 06.12.2013 à 20h16

« Enfin! De bonnes paroles sensées et lucides, mais cela aura-t-il des conséquences? Quand on voit que l'assurance-maladie a pris pratiquement toutes les prérogatives du CO, que l'Etat impose ses volo Lire la suite

Répondre
 
07.12.2013 à 14h43

« La mission principale du CO est de contrôler la déontologie des médecins (et charité bien ordonnée commence par soi-même : il n'est pas déontologique que les élus ordinaux se considèrent compétents Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 3

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 10

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter