Arafat : les experts français réfutent la thèse de l’empoisonnement

Arafat : les experts français réfutent la thèse de l’empoisonnement

04.12.2013
  • 1386178255479382_IMG_117655_HR.jpg

Les experts mandatés par la justice française, à la suite de la requête de sa veuve Souha, écartent la thèse d’un empoisonnement de Yasser Arafat et privilégient une mort naturelle du leader palestinien, dans leur rapport publié mardi.

« En l’état des analyses effectuées et des pièces figurant au dossier, les experts concluent à l’absence d’un empoisonnement au Polonium-210 de M. Arafat », a indiqué mardi soir le parquet de Nanterre dans un communiqué.

Ces conclusions contredisent celles des experts suisses, qui avaient pu, comme les équipes françaises et russes, effectuer une soixantaine de prélèvements le 27 novembre 2012, lorsque la tombe d’Arafat avait été ouverte quelques heures. Les Suisses avaient en effet jugé le 7 novembre la thèse de l’empoisonnement au polonium « plus cohérente » avec leurs résultats qui faisaient état de doses 20 fois supérieures à ce dont ils avaient l’habitude, sans pouvoir affirmer catégoriquement que cette substance était la cause du décès.

Les deux versions devront être croisées

Les Français ne nient pas la présence dans le corps de Yasser Arafat de polonium en dose supérieure à la moyenne. Mais ils l’expliquent, d’après Souha Arafat, par la présence du radon, un gaz radioactif naturel, dans l’environnement extérieur. Les Suisses « ont écarté l’influence du radon », ajoute la veuve, partie civile dans la procédure judiciaire.

Son avocat, Me Pierre-Olivier Sur, a indiqué qu’il demanderait que l’expertise suisse soit versée à la procédure française pour « croiser » les deux versions. Les experts russes, eux, ont estimé qu’il était impossible de déterminer si le polonium est la cause du décès.

Le parquet de Nanterre précise de son côté que « l’information se poursuit ; les magistrats instructeurs sont dans l’attente du retour d’investigations qu’ils ont ordonnées ».

Le neveu d’Arafat , Nasser al-Qidwa, qui préside la Fondation Yasser Arafat, s’est montré sceptique face aux conclusions des Français : « Je n’ai pas vu ce rapport. Mais toute information nouvelle sur la mort d’Arafat, en particulier venant de France, devrait être cohérente avec le rapport de l’hôpital (militaire Percy) en 2004 » qui faisait état d’une inflammation intestinale d’« allure infectieuse » et de troubles de la coagulation « sévères », sans élucider les causes de la mort.

 C. G. (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Bilan des ECNi 2016 : moins de candidats, les jeunes ont cartonné, l'ophtalmo au top !

ecni

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), en partenariat avec le Centre national de gestion... 1

Les gastro-entérologues veulent sensibiliser les Français à la prévention des cancers digestifs

gastro

À l'occasion des Journées francophones d’hépatogastroentérologie et d’oncologie digestive (JFHOD), la Société nationale française de gastro-... Commenter

Attentats, situation exceptionnelle : en Bourgogne-Franche-Comté, les médecins libéraux s’organisent

blondet

L’URPS médecins libéraux Bourgogne-Franche-Comté organise ce vendredi, à Beaune, une soirée d’information pour présenter à la profession et... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter