1er recensement des nanoparticules, les risques sanitaires bientôt identifiés

1er recensement des nanoparticules, les risques sanitaires bientôt identifiés

02.12.2013
  • 1386003901478575_IMG_117336_HR.jpg

Le gouvernement rend public le premier bilan du dispositif national de déclaration de l’ensemble des substances à l’état nanoparticulaire (d’une taille comprise entre 1 et 100 nanomètres) fabriquées, distribuées ou importées en 2012.

Au 30 juin 2013, plus de 930 déclarants (des fabricants, des distributeurs, ou importateurs) avaient effectué sur le site www.r-nano.fr (contrôlé par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) 3 409 déclarations, représentant 500 000 tonnes de substances mises sur le marché français en 2012. Parmi elles, 2 776 déclarations proviennent des quelque 670 entités françaises qui ont rempli leur obligation.

Ce premier recensement chiffre à 282 000 tonnes le volume de nanoparticules produites en France et à 222 000 tonnes le volume importé. Il permet de « dégager un nombre total de catégories de substances à l’état nanoparticulaire compris entre 243 et 422 ».

Cette obligation de déclaration est une première en Europe. L’objectif est de mieux connaître les nanomatériaux, substances récentes utilisées dans de nombreux secteurs (santé, énergie, environnement, technologies de l’information et de la communication, transports). Les informations recueillies (volumes, usages, filières, utilisations, propriétés toxicologiques et écotoxicologiques) guideront les travaux de recherche et d’expertise sur les risques éventuels et les mesures de gestion adaptées, notamment en faveur des populations les plus sensibles.

Un second rapport devrait être publié avant janvier 2014, ce premier ayant essuyé un certain nombre de difficultés pour l’exploitation des données, liées surtout à l’identification de la substance. Plus de 40 % des 2 776 déclarations pouvant faire l’objet d’une exploitation ne comportent pas d’identifiant permettant une identification de la nature chimique de la substance (tel le numéro CAS).

Questionnements européens

Ces travaux s’inscrivent plus largement dans l’élaboration des lignes directrices sur la caractérisation des risques potentiels de ces substances, coordonnée par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Des organismes scientifiques nationaux, en particulier l’ANSES, l’INERIS (Institut national de l’environnement industriel et des risques) et l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité), ont commencé à évaluer la silice, les nanotubes de carbone, le nano-argent et le dioxyde de titane. Ils travaillent également sur les questions de protection des travailleurs, de risques accidentels et de déchets liés aux nanomatériaux. Plus de 6 millions d’euros ont été affectés à la recherche sur les nanomatériaux par l’ANSES et l’INERIS depuis 2006, précise le gouvernement Français.

À l’échelle européenne, de premières mesures ont déjà été prises pour une meilleure prise en compte des nanomatériaux, dans les produits cosmétiques, biocides et alimentaires. Depuis juillet 2013, tout produit cosmétique contenant un nanomatériau doit voir figurer dans la liste de ses ingrédients la mention [nano] à la suite du nom de la substance concernée. La Commission européenne a en outre prévu une révision des annexes du règlement REACH.

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
20.12.2013 à 16h30

« J'ai peur d'avoir compris que c'est 6 millions d'euros pour EMPÊCHER le développement de la recherche sur le sujet en la compliquant au maximum. Faire peur avec l'innovation c'est bien de chez nous. Lire la suite

Répondre
 
02.12.2013 à 19h21

« "6 millions d’euros ont été affectés à la recherche sur les nanomatériaux par l’ANSES et l’INERIS depuis 2006, précise le gouvernement Français": 1 million par an, pour un budget de recherche ! Auta Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... 2

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 13

Des files d'attente quatre jours par an pour prendre rendez-vousSous le feu des critiques, un ophtalmo gardois défend sa méthode Abonné

Le Dr Thierry Bangil, ophtalmologue à Pont-Saint-Esprit, organise une fois par trimestre une prise de rendez-vous pour le renouvellement de... 2

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter