Plus d’un quart des cliniques privées déficitaires en 2011

Plus d’un quart des cliniques privées déficitaires en 2011

26.11.2013
  • 1385480583476276_IMG_116685_HR.jpg

Les cliniques privées à but lucratif ont réalisé en 2011 un chiffre d’affaires d’environ 13 milliards d’euros, soit une progression de 500 millions d’euros par rapport à 2010. Plus d’un quart (27,1 %) de ces établissements étaient déficitaires en 2011, enregistrant une légère amélioration par rapport à l’année précédente (28,1 % en déficit), selon une étude du département statistique du ministère des Affaires sociales et de la Santé diffusée ce lundi 25 novembre.

En 2011, 32 % des cliniques de médecine, chirurgie, obstétrique (MCO) étaient en déficit, contre 23 % des cliniques de soins de suite et réanimation (SSR) et 13 % des cliniques en psychiatrie, rapporte la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees).

Ces chiffres sont meilleurs qu’en 2010, où 34 % des cliniques MCO étaient en déficit. Mais la part de marché de ces établissements « tend à diminuer, au profit des hôpitaux publics », écrit la Drees.

Une situation économique jugée « satisfaisante en moyenne »

La rentabilité nette de l’ensemble des cliniques privées à but lucratif est estimée à 2,6 % de leur chiffre d’affaires, en hausse de 0,6 point par rapport à 2010. Cependant, « cette augmentation est la conséquence d’une hausse du résultat exceptionnel, lié notamment à des opérations de cessions immobilières, et pourrait donc ne pas être pérenne », relève la Drees.

Si la situation économique des cliniques est jugée « satisfaisante en moyenne », elle présente « une grande hétérogénéité ». Ainsi, « plus d’un quart d’entre elles subissent des pertes alors qu’une sur dix affiche une rentabilité nette supérieure à 12,2 % ». En outre, les cliniques continuent à ralentir leurs investissements : 5,3 % du chiffre d’affaires en 2011, contre 5,6 % en 2010.

AVEC AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
26.11.2013 à 21h28

« Pour racheter ces cliniques, il y aura bien quelques "pauvres"
mutuelles. »

Répondre
 
28.11.2013 à 07h48

« Pour plus de précision, je dirais que "quelques pauvres mutuelles pourraient racheter ces cliniques déficitaires pour les inclure dans leurs réseaux de soins. C'est l'avenir ou... c'est à venir ! ". Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 18

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 15

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter