La flore intestinale conditionne l’efficacité de la chimiothérapie

La flore intestinale conditionne l’efficacité de la chimiothérapie

22.11.2013
  • 1385138863475177_IMG_116452_HR.jpg

Décidément, le microbiote intestinal ne cesse de nous surprendre. Une étude française Institut Gustave Roussy/INSERM/Institut Pasteur/INRA publiée dans Science montre comment la flore intestinale stimule l’immunité pour lutter contre le cancer au cours d’une chimiothérapie par cyclophosphamide. Une étude indépendante américaine confirme le rôle du microbiote dans l’efficacité d’autres anticancéreux.

Les chercheurs français sous la coordination du Pr Laurence Zitvogel, oncologue à l’Institut Gustave Roussy et directrice de recherche unité INSERM « Immunologie des tumeurs et immunothérapie », ont ainsi montré comment le cyclophosphamide entraîne le passage de bactéries intestinales dans la circulation sanguine et les ganglions. Loin d’être néfaste, cet effet secondaire va provoquer une réaction en chaîne en réalité très utile.

« De façon surprenante, la réponse immunitaire dirigée contre ces bactéries va aider le patient à lutter encore mieux contre sa tumeur en stimulant de nouvelles défenses immunitaires », explique le Pr Zitvogel. Cette immunisation anti-bactérienne se solde par le recrutement de lymphocytes effecteurs différents de ceux mobilisés par la chimiothérapie, leur rôle étant d’aider les lymphocytes anti-tumoraux à endiguer la croissance tumorale.

Éviter les antibiotiques

Parallèlement, l’équipe américaine dirigée par Noriho Iida du National Cancer Institute a montré que des souris dépourvues de flore intestinale ou traitées préalablement par un cocktail d’antibiotiques répondaient moins bien à une immunothérapie incluant des CpG-oligonucleotides et aux chimiothérapies à base de platine (cis-platine, oxaliplatine). Dans les travaux français, le cyclophosphamide s’est révélé moins efficace dans un modèle murin dont l’ensemble des bactéries Gram + avait été supprimé du microbiote.

« Après un traitement antibiotique, la composition bactérienne de l’intestin ne revient jamais à sa composition initiale, explique Georgio Trinchieri, l’un des chercheurs américains. (...) La prise fréquente d’antibiotiques au cours de la vie ou pour traiter des infections liées au cancer et à ses effets secondaires pourrait altérer les traitements anti-cancéreux ».

Des pré- ou des pro-biotiques à développer

Les résultats obtenus dans ces deux modèles murins sont-ils pour autant transposables à l’homme ? « Nous disposons de données préliminaires nous faisant penser que oui », répond le Pr Zitvogel. Si tel était le cas, il y aurait à la clef plusieurs applications pratiques.

Outre les conséquences sur la prescription d’antibiotiques, la mesure la plus importante serait de faire une évaluation individuelle du microbiote intestinal avant les séances de chimiothérapie. « L’idée sous-tendant l’analyse du microbiote est de rééquilibrer une flore perturbée, explique le Pr Zitvogel avec enthousiasme. Il faudra d’abord mieux caractériser les bactéries importantes pour ensuite définir les pro- ou pré-biotiques et/ou l’alimentation nécessaires à l’organisme ».

Science, publication en ligne le 21 novembre 2013

Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
25.11.2013 à 23h46

« Excellente réflexion ! On se réveille. Ça fait 15 ans que je prescris des pré et probiotiques, et pas de l'ultra-levure ! Dans les chimiothérapies, ça fait belle lurette que je les prescris aussi. E Lire la suite

Répondre
 
23.11.2013 à 19h40

« Comment se fait-il que la naturopathie et l'homéopathie tiennent ce discours depuis 20 ans (au moins) ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
sécurité

968 agressions déclarées en 2016 : année noire pour la sécurité des médecins

Le nombre de d'agressions de praticiens déclarées s'est envolé en 2016 pour atteindre un nombre record, selon un bilan de l'Observatoire de la sécurité des médecins publié en exclusivité par « le Quotidien ». Dans deux tiers des cas, les incidents concernent un généraliste. Les menaces verbales restent majoritaires mais les cas de vandalisme augmentent. 16

Baisses des forfaits techniques, suppression du modificateur ZLes radiologues en grève contre les coups de rabot tarifaire Abonné

La Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) appelle les spécialistes à une journée de grève nationale aujourd'hui pour refuser... 3

La surveillance active, une option viable dans les cancers de la prostate localisés

prostate

Deux études observationnelles publiées dans le « JAMA » dressent un tableau complet des effets secondaires associés aux différentes... 2

La CSMF réclame une loi de santé rectificative et détaille son projet politique

ortiz

À un mois du premier tour de la présidentielle, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) a placé le futur président de la Rép... 11

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter