Violences envers les femmes : les étudiants en médecine veulent être formés d’urgence à la prise en charge

Violences envers les femmes : les étudiants en médecine veulent être formés d’urgence à la prise en charge

20.11.2013
  • 1384965991474387_IMG_116229_HR.jpg

Confrontés aux violences à titre professionnel et personnel, les étudiants en médecine ont, plus que jamais, besoin d’être formés à cette problématique. C’est ce que révèle une enquête nationale réalisée à l’initiative de l’association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF), l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC-Paris 6) et la Mission interministérielle pour la protection des femmes victimes de violences et la lutte contre la traite des êtres humains (MIPROF)*.

En France, une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son partenaire (ou ex-compagnon) et six femmes sur dix sont victimes de violences sexuelles au cours de leur vie. D’après l’OMS, les femmes victimes de violences perdent entre 1 et 4 années de vie en bonne santé. Les autres comorbidités fréquentes sont la prématurité des nouveaux nés, l’abus de substance psychoactives, la dépression et les problèmes gynécologiques.

Consciente de ce problème, l’association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) a réalisé une enquête sur le thème - sous forme de questionnaire en ligne - auprès de ses adhérents. Le questionnaire a été envoyé par courriel à plus de 32 000 étudiants entre juin/juillet 2013 puis en septembre/octobre dernier. Les 1 472 étudiants en médecine qui ont accepté de participer, ont répondu à 54 questions regroupées en douze items.

Jugement sévère

Les résultats présentés ce mercredi lors du colloque de la MIPROF montrent que plus de 80 % des étudiants déclarent ne pas avoir reçu de formation sur les violences sexuelles, physiques, verbales ou psychologiques. Pourtant, plus de la moitié d’entre eux affirment avoir été confrontée, durant leur stage, à des patients victimes de violences, notamment des femmes. Deux tiers d’entre eux, connaissent, par ailleurs, dans leur entourage, des victimes de violences.

Plus de 60 % d’entre eux considèrent que la prise en charge des victimes de violences est inadaptée ou peu adaptée. Leur jugement est également sévère concernant, plus précisément, la prise en charge médicale des patients victimes de violence, des personnes de leur entourage ou d’eux-mêmes lorsqu’ils y ont été confrontés personnellement. En effet, 78 % estiment que la prise en charge médicale est peu ou pas adaptée.

1er, 2e, 3e cycle et formation continue

En tant que médecin, il est, en effet, très difficile de comprendre les mécanismes des violences envers les femmes, d’en faire le repérage et de prendre en charge les victimes sans avoir été sensibilisé à cette problématique sensible et complexe. Ainsi, 95 % des étudiants confient être intéressés par une formation sur les violences pour mieux dépister et traiter leurs conséquences.

Les résultats de cette enquête confortent ainsi la mission interministérielle pour la protection des femmes victimes de violences et la lutte contre la traite des êtres humains (MIPROF)* sur la nécessité de la mise en place dans le cursus des études médicales d’un enseignement des violences en 1er, 2e et 3e cycles afin d’améliorer le repérage, la prise en charge et l’accompagnement des victimes. Une formation continue dédiée à cette thématique pour tous les professionnels de santé s’avère également indispensable.

« La consultation médicale doit permettre de rompre le cycle de la violence. (…) J’ai proposé - dans le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes - que la formation initiale et continue des acteurs les plus confrontés aux violences intègre désormais une formation sur les violences intrafamiliales, les violences faites aux femmes ainsi que les mécanismes d’emprise psychologique », souligne Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, porte-parole du gouvernement.

La MIPROF devrait, d’ailleurs, être en mesure - d’ici fin 2013 - de diffuser le cahier des charges d’un plan de formation interprofessionnel. « Les ressources pédagogiques que nous avons recensées seront rendues accessibles via un site internet dédié. Dès 2014, des outils pédagogiques très concrets (fiche, mémento, support audiovisuel…) seront réalisés pour toutes les professions », précise Najat Vallaud-Belkacem.

 

La violence s’attaque aussi aux étudiants en médecine

Autre élément marquant de l’enquête : un certain nombre d’étudiants en médecine - et notamment d’étudiantes - interrogés ont avoué avoir déjà été victimes de violences dans leur vie personnelle. De fait, près d’un étudiant sur dix a été victime de violences sexuelles ; un sur quatre a subi des violences physiques et un sur trois a souffert de violences psychologiques. 
Enfin, la moitié des étudiants sondés ont déjà été victimes de violences verbales. Les femmes sont, toutefois quatre fois plus nombreuses que les hommes à avoir souffert de violences sexuelles.  Tandis  que les hommes sont deux fois plus nombreux à avoir subi des actes de violence physique.

*Créée par décret le 3 janvier 2013, la MIPROF est notamment chargée de définir un plan de sensibilisation et de formation des professionnels sur les violences faites aux femmes, en lien avec les ministères concernés. Contact : miprof@miprof.gouv.fr

 HÉLIA HAKIMI-PRÉVOT
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 10 Commentaires
 
21.11.2013 à 14h03

« A trop vouloir enseigner en Médecine, on arrive à former des têtes trop pleines voire vides ; est-il nécessaire de déverser tous les problèmes de sociétes sous nos médecins ? »

Répondre
 
21.11.2013 à 00h11

« Le féminisme a rendu les hommes agressifs. »

Répondre
 
20.11.2013 à 23h33

« Vaste sujet que celui de la violence dans notre société mais les hommes sont également des victimes mais par honte ou par pudeur n'osent pas en parler ! Sans oublier ce qui se passe aux urgences et Lire la suite

Répondre
 
20.11.2013 à 22h21

« Taux de réponse du questionnaire : 4.6%
On a sans doute un biais classique de réponse : seules les personnes sensibles au problème, ou qui ont un message à faire passer ou ont vécu une expérience dé Lire la suite

Répondre
 
20.11.2013 à 22h45

« Aucune valeur si ce n'est que nous en parlions... »

Répondre
 
20.11.2013 à 21h45

« Les étudiantes en médecine victimes de violences sexuelles, physiques et psychiques, c'est certain... mais malheureusement, leurs ainées le sont aussi et ce n'est pas parce qu'on est femme médecin l Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 3

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 10

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter