Cancer du col : le dépistage organisé, la solution aux failles du système actuel

Cancer du col : le dépistage organisé, la solution aux failles du système actuel

15.11.2013
  • 1384513041472205_IMG_115871_HR.jpg

Selon les termes des spécialistes réunis mercredi à Paris à l’occasion de la 58e édition des Journées internationales de biologie (JIB), le cancer du col de l’utérus est « l’exemple type » de la maladie à dépister, qui a « même tout d’une pathologie idéale pour le dépistage de masse », étant à la fois grave, fréquente et d’évolution lente et prévisible. Les experts et la Haute Autorité de santé (HAS) s’accordent sur ce fait et défendent la proposition d’un dépistage organisé, et non plus individuel, pour pallier les failles du système actuel. Les recommandations actuelles d’un frottis cervico-vaginal (FCV) tous les 3 ans de l’âge de 25 ans à 65 ans sont en effet loin d’être correctement suivies.

Un avis partagé par la HAS et les experts

En France, sur les 17,5 millions de femmes concernées par le dépistage, seulement 57 % d’entre elles en bénéficient. Alors que 51,6 % des femmes sont trop peu dépistées, 40,6 % le sont trop fréquemment, « parfois une fois par an, alors qu’un délai inférieur à 3 ans n’améliore pas les performances ». « Environ un tiers des femmes fait ce qu’il faut, un tiers en fait trop et un tiers n’en fait pas assez », estime pour sa part Catherine Rumeau-Pichon de la Haute Autorité de santé (HAS). L’occasion de rappeler la position adoptée par l’institution en 2010, qui défend l’instauration d’un dépistage organisé, suivant l’exemple de pays comme le Royaume-Uni. « L’instauration d’un dépistage national systématique (...) pourrait contribuer à réduire tant le surdépistage que le sous-dépistage », renchérit le Dr Xavier Carcopino, gynécologue-obstétricien à l’hôpital Nord-CHU de Marseille.

Le vaccin HPV en complément du frottis

Il reste que le dépistage n’est pas infaillible, exposant tout à la fois à un risque de faux positifs et de faux négatifs. Le premier écueil est de surdiagnostiquer et surtout de surtraiter, puisque la conisation chez la femme jeune triple le risque d’accouchement prématuré. Le second est de passer à côté d’une dysplasie, voire d’un cancer du col et selon une étude de 2006, 27 % des patientes chez qui l’on diagnostique un cancer du col avaient eu un frottis « normal » dans les trois années précédentes.

Pour remédier à cet état de fait, les spécialistes insistent sur la nécessité de la vaccination HPV en complément, protégeant des types 16 et 18 responsables de 70 à 80 % des dysplasies cervicales. « Moins du tiers des adolescentes françaises sont aujourd’hui vaccinées contre les HPV. » Pour rappel, le vaccin est désormais recommandé entre 11 et 14 ans, avec un rattrapage de 15 à 19 ans révolus chez les jeunes filles vierges ou dans l’année suivant les premiers rapports sexuels.

Le test HPV en suspens

Autre solution avancée, le test HPV. Ce test de biologie moléculaire s’est avéré plus performant que le frottis. Les experts américains recommandent d’ailleurs un dépistage du cancer du col soit par frottis, soit par test HPV, en privilégiant ce dernier chez les femmes de plus de 30 ans, un âge où la majorité des femmes infectées ont normalement éliminé le virus. Arguant du fait que l’interprétation du test doit être parfaitement connue et maîtrisée pour en garantir les performances, la France ne le recommande que dans une seule indication, les frottis ASC-US (atypies cytologiques des cellules malpighiennes de signification indéterminée ou Atypical Squamous Cells of Undetermined Significance), laissant la priorité à l’optimisation du suivi par frottis et à la vaccination.

Journées internationales de biologie, 58e édition, 13 au 15 novembre 2013, Paris.

 Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
18.11.2013 à 22h28

« Une fois de plus la France est en retard dans le dépistage d'un cancer en s'arque boutant sur le dépistage par le frottis dont les performances sont très médiocres. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 8

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter