Côtes-d’Armor : parlant trop mal français, un médecin roumain empêché d’exercer

Côtes-d’Armor : parlant trop mal français, un médecin roumain empêché d’exercer

08.11.2013
  • 1383911350470684_IMG_115337_HR.jpg

Voilà une mésaventure qui va mettre à nouveau sur la sellette les agences qui recrutent des médecins étrangers. À La Motte, dans les Côtes-d’Armor, la mairie cherchait à tout prix à remplacer le seul généraliste de ce bourg de 2 100 habitants, qui partait à la retraite en septembre dernier. Elle fait donc appel à une agence, qui finit par dénicher un praticien roumain, le Dr Gino Pogani.

Tapis rouge

À la mi-octobre, le maire, Jean-Pierre Guilleret, présente à ses administrés le tout nouveau praticien. Celui-ci devait prendre ses fonctions à la fin du mois, après un entretien avec le conseil de l’Ordre départemental. Entre-temps, la mairie lui déroule le tapis rouge. Un cabinet médical refait à neuf lui sera loué 300 euros par mois (avec 6 premiers mois gratuits), la municipalité prend même à sa charge l’achat du matériel informatique. De plus, un appartement lui sera loué à un prix préférentiel. Manifestement, rien n’est trop beau aux yeux de la mairie pour s’attirer les grâces du nouveau médecin.

Aptitudes linguistiques insuffisantes

Mais le 25 octobre, tout s’écroule. Lors de l’entretien avec le Dr Pogani, le conseil de l’Ordre juge « insuffisantes » sa connaissance et sa pratique de la langue française. Un avis partagé par l’ARS qui organise dans la foulée une évaluation de ses aptitudes linguistiques.

À l’Ordre des médecins des Côtes-d’Armor, le Dr Brigitte Bonnier, secrétaire général, indique que le cabinet de recrutement, la société Asklepios, travaille beaucoup dans ce département. « Parfois, les médecins recrutés parlent très correctement, mais celui-ci n’était pas au niveau, même pour une conversation courante et basique ». Un membre du bureau a même joué le rôle d’un malade face au Dr Pogani, et selon le Dr Bonnier, « il n’a pas été en mesure de rédiger une lettre d’adresse fictive à un confrère ».

Un coût de 25 000 euros

La secrétaire générale insiste : « Ses compétences professionnelles ne sont nullement en question, le problème c’est qu’il ne maîtrise pas la langue, et qu’il n’a aucune connaissance d’aucun document édité par les caisses primaires. »

Difficile dans ces conditions d’exercer, surtout en solitaire dans un bourg rural. Pourtant, dans le bulletin municipal de La Motte du 4 octobre dernier, annonçant l’arrivée du praticien, on pouvait lire que « le Dr Pogani a appris le français pendant toute sa scolarité secondaire ».

Le Dr Pogani s’est engagé à suivre une formation accélérée, mais il ne pourra prendre ses fonctions avant plusieurs mois, et après avoir été évalué à nouveau par l’Ordre départemental.

En attendant, La Motte a déjà déboursé 12 500 euros pour le recrutement de ce praticien, et devra encore payer la même somme à l’agence Asklepios à la date de son installation.

« Le Quotidien » a tenté à plusieurs reprises, mais sans succès, de joindre le cabinet de recrutement.

 H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 36 Commentaires
 
T Médecin ou Interne 06.07.2015 à 20h09

« Il faut arrêter de faire semblant. L'ordre qualifie ou non sur dossier et entretien.
Si à l'expérience en plus il y a eu erreur sur l'évaluation de la qualification il faut éviter de nuire sanitai Lire la suite

Répondre
 
26.01.2014 à 18h36

« Comment contester la décision de l'Ordre dans ce cas là ? »

Répondre
 
12.11.2013 à 03h19

« Bonjour. Je vis en France depuis vingt et un ans, Française d'origine algérienne, mon grand-père ancien combattant français, détenu en Allemagne, qui s'est évadé avec un copain de cellule, mon père Lire la suite

Répondre
 
12.11.2013 à 16h45

« Bonjour. Je ne comprends pas pourquoi vous n'avez pas eu l'autorisation alors que vous aviez validé votre diplôme de docteur en médecine, je vous dis ça car j'ai eu le même parcours que vous et just Lire la suite

Répondre
 
11.11.2013 à 12h20

« "Il est aux employeurs de se rassurer de la maîtrise suffisante du français".
Vrai. Venant des Pays-Bas avec un DES en médecine du travail et 18 ans d'expérience, je suis venu travailler en France Lire la suite

Répondre
 
10.11.2013 à 10h57

« Il était convenu [au siècle dernier] que les Roumains de la bonne société parlaient tous le français. Le coupable en rupture de contrat se situe au niveau du cabinet de chasseurs de têtes qui a manq Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... Commenter

Calomniée mais confortée, l'interne Sabrina Ali Benali s'explique

Sabrina Ali Benali

Sa vidéo postée sur Facebook le 11 janvier a été vue 11 millions de fois. Un record. L’interne Sabrina Ali Benali y interpelle la ministre... 40

Primaire à gauche : pleins feux sur la santé, la protection sociale et les mutuelles !

debat

Jeudi soir, la première demi-heure du troisième débat de la primaire à gauche a montré à quel point la santé et la protection sociale sont... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter