Jeunesse : les députés votent les mesures sur le tabagisme et la contraception dans le PLFSS

Jeunesse : les députés votent les mesures sur le tabagisme et la contraception dans le PLFSS

28.10.2013
  • 1382971654467527_IMG_114440_HR.jpg

L’Assemblée nationale a adopté vendredi 25 octobre, à l’occasion de l’examen en première lecture du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), les deux mesures de santé publique prévues en faveur des jeunes.

Pour aider au sevrage tabagique, les députés (y compris certains élus de l’opposition comme Bérangère Poletti ou Jean-Pierre Barbier) ont voté le triplement du remboursement par la sécurité sociale des substituts nicotiniques (patch, gomme, pastille, inhalateur) pour les jeunes. Ainsi, les 20-25 ans bénéficieront d’un forfait annuel de 150 euros (au lieu de 50 euros). Cette aide sera assortie d’un programme d’accompagnement. En outre, les sages-femmes seront autorisées à prescrire ces substituts au conjoint des femmes enceintes, dans le cadre des consultations de suivi de la grossesse. Selon la ministre de la Santé Marisol Touraine, deux millions de jeunes seraient concernés. Coût de cette aide : entre 16 millions et 73 millions d’euros.

Tiers payant pour lutter contre les IVG des mineures

Les députés ont entériné de nouvelles mesures facilitant le recours des mineures à la contraception, qui complètent la gratuité des produits contraceptifs décidée l’an passé. Les adolescentes de plus de 15 ans consultant un médecin pour la prescription de contraceptifs bénéficieront du tiers payant partiel. Elles pourront aussi y recourir pour les actes de pose, de changement ou de retrait de contraceptifs implantables (stérilets et implants sous-cutanés), en vertu d’un amendement du gouvernement voté dans l’Hémicycle. Coût de la mesure : 2 millions d’euros.

La députée UMP Bérangère Poletti, auteure de plusieurs rapports sur le sujet, a salué comme « une bonne chose » l’envie du gouvernement de faire avancer le sujet mais elle a estimé que « ce serait mieux que la prise en charge soit à 100 % anonyme et gratuite, pour protéger les jeunes filles dans des situations très compliquées, qui ne peuvent pas, par exemple, aller dans des centres de planification ».

Marisol Touraine s’y est opposée, estimant qu’on ne peut « ériger le secret en règle absolue pour la prise en charge des mineurs », en raison notamment de problèmes de traçabilité.

La présidente socialiste de la commission des affaires sociales Catherine Lemorton, sensible à l’argumentaire de Bérangère Poletti, a considéré qu’il fallait faire un bilan annuel pour observer une montée en charge ou non des dispositifs assurant la gratuité des contraceptifs pour les mineures, et la qualité de l’accès à la contraception.

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 10

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 8

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter