70 % des personnes travaillant en Ile-de-France se plaignent de « fatigue nerveuse »

70 % des personnes travaillant en Ile-de-France se plaignent de « fatigue nerveuse »

21.10.2013
  • 1382371734465455_IMG_113852_HR.jpg

À l’occasion de la semaine européenne de la sécurité et santé au travail qui débute ce 21 octobre, l’Observatoire régional de santé (ORS Ile-de-France) publie les résultats de l’étude « Santé et travail des Franciliens », issus de l’exploitation régionale du Baromètre santé 2010 de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES).

Environ 40 % des Franciliens déclarent des conditions de travail avec des postures pénibles ou fatigantes et 15 % un temps de travail moyen hebdomadaire supérieur à 48 heures. Parmi les actifs, 36 % estiment avoir des difficultés à respecter les objectifs et les délais imposés par leur entreprise ou institution, et 22 % déclarent ne pas bénéficier d’un soutien satisfaisant dans les situations difficiles au travail. Près de 43,5 % rencontrent des situations de tension avec le public.

« En Ile-de-France, la pression psychologique n’est pas significativement liée à l’âge, certainement par manque de puissance statistique. Cependant, les situations semblent se détériorer à mesure que l’âge augmente », soulignent Claire Sauvage et Nathalie Beltzer, auteurs de la synthèse.

Pression psychologique

Elles notent par ailleurs, que bien que les types d’emploi occupés en Ile-de-France et dans les autres régions ne soient pas les mêmes, « les situations de pression psychologique sont déclarées dans les mêmes proportions » par les Franciliens et les autres.

Quant à leur état de santé lié au travail, 69,3 % des actifs occupés ressentent une fatigue nerveuse, 46,7 % une pénibilité physique et 26,7 % éprouvent des difficultés à s’endormir du fait de leur travail. En Ile-de-France, il n’y a pas de différence entre les hommes et les femmes, contrairement à ce qui est observé hors de l’Ile-de-France où les hommes sont plus nombreux à éprouver une fatigue physique que les femmes. L’Ile-de-France se caractérise par une proportion d’actifs hommes et femmes à déclarer une fatigue nerveuse plus élevée que dans les autres régions de France.

Parmi les 829 actifs interrogés en 2010, 43,2 % indiquent que leurs conditions de travail n’ont pas changé depuis 5 ans, 28,6 % estimant qu’elles se sont dégradées, 28,2 % qu’elles se sont améliorées.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
22.10.2013 à 09h47

« Ça irait mieux si 1) les transports en commun marchaient mieux 2) les entreprises cessaient leurs politiques managériales broyeuses d'hommes. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Temps de travail non respecté : les internes de Marseille mettent en demeure l'AP-HM

aphm

Le Syndicat autonome des internes des hôpitaux de Marseille (SAIHM) a sommé, ce lundi 16 janvier, l'Assistance publique-Hôpitaux de... 2

Légalisation du cannabis : non pour Valls et Montebourg, oui pour les autres candidats à la primaire à gauche

cannabis

Les sept candidats à la primaire de la gauche ont exprimé leurs diverses positions au sujet du cannabis lors du deuxième débat télévisé, le... Commenter

Pourquoi je refuse le tiers payant : le SML édite à son tour une affiche

sml

Le refus de la généralisation du tiers payant obligatoire continue d'inspirer les syndicats de médecins libéraux. Après l'affiche de la... 2

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter