La pollution de l’air extérieur classée dans le groupe des cancérogènes certains pour l’homme

La pollution de l’air extérieur classée dans le groupe des cancérogènes certains pour l’homme

18.10.2013
  • 1382113316464928_IMG_113743_HR.jpg

Le Centre international de Recherche sur le cancer de Lyon (CIRC), dépendant l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient de classer la pollution atmosphérique dans le groupe 1 des agents susceptibles d’accroître le risque de cancer chez l’homme.

À l’issue d’une revue de la littérature, les experts du CIRC « ont conclu qu’il existait suffisamment de preuves pour affirmer que l’exposition à l’air extérieur est une cause de cancer avéré de cancer du poumon. Il existe également une association positive pour le cancer de la vessie », souligne le CIRC. Le risque de cancer du poumon augmente avec l’exposition aux matières particulaires et à la pollution de l’air.

Les experts ont évalué séparément ces matières particulaires, comme par exemple les particules fines. Elles aussi ont aussi été classées par le CIRC dans la catégorie « cancérigène certain » (groupe 1).

Cancer du poumon et de la vessie

Mais la nouveauté reste bien le classement dans ce groupe de la pollution atmosphérique. Le CIRC avait déjà évalué de nombreux produits et mélanges chimiques présents dans l’air environnant : gaz d’échappement des moteurs Diesel, solvants, métaux et poussières. C’est la première fois que la pollution atmosphérique, déjà connue pour augmenter les risques d’un large éventail de maladies, comme les maladies respiratoires et cardiaques, est classée comme cause de cancer.

« Notre tâche était d’évaluer l’air que tout le monde respire plutôt que de nous concentrer sur des polluants atmosphériques spécifiques », a précisé le Dr Dana Loomis chef adjoint de la section des Monographies. « Nous savons maintenant que la pollution de l’air extérieur n’est pas seulement un risque majeur pour la santé en général, mais aussi l’une cause environnementale de premier plan des décès par cancer », a renchéri le Dr Kurt Straif, chef de la section des Monographies du CIRC.

10 % des cancers du poumon liées à des causes environnementales

Les Monographies sont un programme du CIRC surnommé aussi « l’encyclopédie des cancérogènes » et qui constitue une source de données scientifiques faisant autorité sur les substances et les expositions cancérogènes pour l’homme.

Les experts ont évalué plus de 1 000 articles scientifiques sur des études menées sur les 5 continents (Europe, Amérique du nord et du sud et en Asie) incluant plus des millions de personnes. Les résultats des études passées en revue vont dans le même sens : l’accroissement significatif du risque de cancers du poumon.

Toutefois les experts précisent que le tabac demeure la principale cause. Seulement « 10 % environ des cancers du poumon sont liés à des causes environnementales comme la pollution de l’air », a indiqué Christopher Wild, directeur du CIRC. En 2010, 223 000 décès liés d’un cancer du poumon étaient dus à une exposition à la pollution atmosphérique, selon les données du centre.

Appel à l’action

Les principales sources de pollution de l’air extérieur sont les transports, la production stationnaire d’électricité, les émissions industrielles et agricoles, le chauffage résidentiel et la cuisine. Si la composition de la pollution atmosphérique et les niveaux d’exposition varient de façon importante en fonction des lieux géographiques - une hausse significative a été observée ces dernières années dans un pays comme la Chine -, les experts soulignent que leurs conclusions « s’appliquent à toutes les régions du monde ».

Le CIRC espère que ce classement constitue « une étape importante » et un « signal fort » envoyé à la communauté internationale « pour qu’elle agisse sans délai ». Maintenant que les faits ont été établis par les scientifiques, ils en appellent aux politiques et à une action de santé collective. Les données détaillées seront publiées en ligne par « The Lancet oncology ».

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
18.10.2013 à 22h23

« Cette preuve ne vient ici que confirmer une réalité dont on commençait depuis plusieurs années à concevoir le triste danger. Mais combien faudra-t-il encore d'années pour que la France, encline à to Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 3

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 10

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter