546 cas d’intoxication aux champignons en deux mois, l’InVS lance une alerte | Le Quotidien du Médecin

546 cas d’intoxication aux champignons en deux mois, l’InVS lance une alerte

14.10.2013
favoritePrint
  • 1381756483462824_IMG_113092_HR.jpg

« Ne consommez jamais un champignon dont l’identification n’est pas certaine ! » La formule a été dite et redite et le principe semble évident. Pourtant l’Institut de veille sanitaire (InVS) la reprend pour sa campagne de sensibilisation automnale. Entre le 1er juillet et le 6 octobre 2013, l’Institut a répertorié 546 cas d’intoxication par les champignons. Et notamment un cas grave chez un enfant de 18 mois ayant nécessité une greffe hépatique.

Du fait des conditions météo pluvieuses, ces cas enregistrés au cours de ces dernières semaines par le réseau des Centres antipoison et de toxicovigilance (CAPTV) sont en forte augmentation : 25 cas du 9 au 15 septembre, puis 177 du 30 septembre au 6 octobre.

« Ces cas sont la conséquence dans la majorité des cas d’une confusion avec d’autres champignons comestibles », insiste l’InVS dans sa communication. « Les conséquences sur la santé de ce type d’intoxications peuvent être très graves - troubles digestifs sévères, atteintes du foie pouvant nécessiter une greffe -, voire mortelles. »

Rappels des recommandations

L’InVS rappelle donc aux amateurs de cueillette de champignons :

- ne ramassez que les champignons que vous connaissez parfaitement. Certains champignons vénéneux hautement toxiques ressemblent beaucoup aux espèces comestibles ;

- au moindre doute, faites contrôler la récolte par un spécialiste : pharmacien, société Française de mycologie ;

- ne cueillez pas près des sites pollués, car les champignons concentrent les polluants ;

- lavez-vous les mains soigneusement après la récolte ;

- consommez-les dans les deux jours au maximum après la cueillette ;

- ne les consommez jamais crus.

En cas d’apparition d’un ou plusieurs symptômes, il est recommandé :

- d’appeler immédiatement un Centre anti-poison ou le 15 ;

- de noter l’heure du repas et l’heure de l’apparition des symptômes ;

- conserver les restes pour l’identification.

Dr BÉ.V.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Grève, appel aux patients : à La Rochelle, les médecins font des vagues contre la loi de santé

Réunis ce vendredi à l’ouverture de l’université d’été du PS à La Rochelle, les leaders du SML, de la FMF et du BLOC, trois syndicats représentatifs des médecins libéraux, accompagnés de l’association UFML, ont appelé les profess... 20

Les adolescents « gothiques » plus vulnérables à la dépression

Dans leur chanson « Cure Toujours », les Fatal Picards évoquent avec humour la tristesse forcée dans laquelle se complaisent les... 1

Polémique entre la CNAM et les anesthésistes sur la cotation d’échoguidage

L’Assurance-maladie et le Syndicat national des anesthésistes-réanimateurs de France (SNARF) ne sont pas d’accord sur le champ... 4

Vincent Lambert : un juge des tutelles saisi pour une mise « sous protection » du patient

Hôpital Sébastopol de Reims où est soigné Vincent Lambert

Un juge des tutelles du tribunal de Reims a été saisi ce mercredi par le parquet d’une mesure de protection pour Vincent Lambert, à la... 7

Moustique tigre : première opération de démoustication à Créteil

La chasse au moustique tigre – vecteur des virus de la dengue et du chikungunya – se poursuit en Ile-de-France. Une première opération de... 3

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

loisirs

Festival, Voyage, Restaurant... Retrouvez tous les choix de la rédaction

Consulter