Le contrat d’accès aux soins, bientôt ouvert, continue de diviser la profession

Le contrat d’accès aux soins, bientôt ouvert, continue de diviser la profession

08.10.2013
  • 1381251400461267_IMG_112591_HR.jpg

L’ouverture dans les prochaines semaines du contrat de modération tarifaire ravive les tensions entre ses partisans et ses détracteurs. L’annonce de l’entrée en vigueur, « dans les plus brefs délais », du contrat d’accès aux soins (CAS) a déclenché les foudres des syndicats qui se sont farouchement opposés à sa signature.

L’Union française pour une médecine libre (UFML) a contesté les chiffres de la CNAM. Selon l’assurance-maladie, plus des deux tiers des 8 611 praticiens signataires, le 3 octobre dernier, étaient des praticiens de secteur II.

« Mensonge, obscurantisme et confusion »

L’UFML affirme que selon ses estimations, 2 000 à 3 000 signataires sont des praticiens de secteur I. Un tel résultat ne permettrait donc pas de déclencher légalement l’ouverture du CAS. L’association a fait appel à un huissier de justice pour connaître tous les chiffres de la CNAM. Entré à 11h ce mardi au siège de l’assurance-maladie à Montreuil, il en est ressorti six heures plus tard... sans le moindre chiffre. « La prochaine étape est la mise en demeure de la Caisse de fournir ses chiffres sous huit jours », indique le Dr Jérôme Marty, président de l’UFML.

Le BLOC, qui réunit les spécialistes des plateaux techniques lourds (chirurgiens, anesthésistes et obstétriciens) conteste également les données de l’assurance-maladie. « Nous sommes sûrs que la CNAM ment sur les chiffres, affirme son président, le Dr Philippe Cuq. Sur ce dossier, c’est mensonge, obscurantisme et confusion. »

L’UMESPE est satisfaite

Les partisans du contrat d’accès aux soins sont en revanche ravis d’avoir franchi une étape. « Malgré les multiples désinformations, les médecins du secteur II ont finalement écouté la voix de la raison », écrit le Dr Jean-François Rey, président de l’Union nationale des médecins spécialistes confédérés (UMESPE). Il précise que les compléments d’honoraires seront solvabilisés pour les patients, que leurs charges sociales seront allégées et qu’ils bénéficieront de revalorisations tarifaires.

« Les médecins du secteur I, ayant le titre de chef de clinique ou assimilé, vont obtenir une possibilité de compléments d’honoraires mais il ne s’agit que d’une première étape », ajoute le Dr Rey. Selon la branche AOC de la CSMF, environ 2 000 praticiens, anciens chefs de clinique, vont ainsi pouvoir récupérer une liberté d’honoraires.

« Au fil des accords conventionnels, le contrat d’accès aux soins doit être ouvert à tous, mettant fin, sur la base du volontariat, à cette dichotomie devenue insupportable entre secteur I et secteur II », conclut le Dr Rey.

CHRISTOPHE GATTUSO
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 19 Commentaires
 
09.10.2013 à 20h52

« Ce qui est intéressant, c'est que Mr Van Roekeghem nous affirme qu'il ignore dans quel secteur exercent les médecins (qui sont cependant fliqués par la CNAM depuis plusieurs années) : c'est un somme Lire la suite

Répondre
 
09.10.2013 à 23h43

« Justement en parlant de carrière, la C.P.A.M a toujours soutenu depuis des lustres qu'elle n'avait aucune information sur la carrière des praticiens alors que le N° d'identification C.P.S est couplé Lire la suite

Répondre
 
09.10.2013 à 14h08

« Les secteur 1 titrés devraient avoir droit au secteur 2 épicétou. »

Répondre
 
09.10.2013 à 08h21

« Un huissier mandaté par l'UFML n'a pu obtenir la liste des signataires, c'est étrange non ? »

Répondre
 
09.10.2013 à 15h08

« Que Choisir n'a rien à voir dans la question soulevée qui reste extrêmement simple : le texte de l'avenant 8 tel que publié dans le Journal Officiel est il respecté, ou pas ? Et s'opposer au CAS ne Lire la suite

Répondre
 
09.10.2013 à 08h58

« L'UFML n'est pas un syndicat, qui représente-t-elle ? Là est la bonne question. Normal donc que la CNAM ne veuille pas se soumettre à ses injonctions. Admettrions-nous que Que Choisir puisse obtenir Lire la suite

Répondre
 
T Médecin ou Interne 09.10.2013 à 08h00

« Le CAS ne peut être ouvert que si 1/3 des secteur 2 signe. Ensuite il sera ouvert aux secteur 1 titrés.
Compter les s1 dans le premier pool est une contravention à l'avenant 8 pour forcer en trichan Lire la suite

Répondre
 
09.10.2013 à 07h56

« Tiens, la branche AOC nous dit que 2000 secteur 1 vont récupérer une "semi " liberté d'honoraire .
Le chiffre de Jérôme Marty et de l'UFML serait il juste.
Et en fait le CAS non validé ?
Il faut plu Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le Dr Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme

Cahuzac

L'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui avait des comptes cachés à l'étranger, a été condamné jeudi à Paris à trois ans de prison... 5

L'espérance de vie en recul en 2015 aux États-Unis, selon les CDC

Longévité

L'espérance de vie des Américains a reculé en 2015, une première depuis 1993 selon un rapport des autorités sanitaires américaines. Un... Commenter

La Guadeloupe inaugure un dispositif d'échocardiographie à distance, une première

Télé-échocardiographie d'île à île

Au CHU de Pointe-à-Pitre, les cardiologues ont le bras long, très long, suffisamment long pour traverser les 30 km de mer qui les séparent... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter