Un délire est trop fréquemment associé à un séjour en USI

Un délire est trop fréquemment associé à un séjour en USI

03.10.2013
  • 1380814460459741_IMG_112244_HR.jpg

Des auteurs Américains alertent sur la fréquence élevée des troubles neurocognitifs constatés au décours des hospitalisations en unités de soins intensifs (USI), alors que ces troubles n’étaient apparemment pas présents lors de l’admission des patients.

Les hospitalisés quittent souvent les USI « avec des déficits cognitifs similaires à ceux observés chez des patients ayant eu un traumatisme crânien, ou une maladie d’Alzheimer débutante. Et les troubles persistent au moins un an », écrit l’auteur principal, Pratik Pandharipande.

L’étude publiée dans le « New England Journal of Medicine » conduite par le groupe « Vanderbilt’s ICU Delirium and Cognitive Impairment », porte sur 821 patients, tous des adultes ayant présenté des défaillances respiratoires, des chocs cardiogéniques ou septiques, hospitalisés en USI médicales ou chirurgicales. Les résultats montrent que 74 % d’entre eux ont développé un état délirant au cours de leur hospitalisation. Le suivi longitudinal fait constater que ce délire se révèle « prédictif d’une maladie cérébrale similaire à une démence un an plus tard ».

Le délire dans ce contexte est une forme de dysfonctionnement cérébral couramment observé au cours des états critiques. Il a été démontré antérieurement que ce délire s’associe à un risque plus élevé de mortalité. Cette étude ajoute l’association à des troubles cognitifs à long terme chez les survivants sortant des USI.

À 3 mois, « 40 % des patients de cette étude avaient des scores de cognition pouvant évoquer un traumatisme cérébral modéré, et pour 26 % autres, similaires à une maladie d’Alzheimer ».

Les déficits sont survenus chez les patients les plus jeunes comme les plus âgés, quelle que soit leur maladie sous-jacente, et ils persistaient à 12 mois, avec 34 et 24 % d’entre eux respectivement présentant encore des scores similaires.

Certaines composantes de ce tableau simulant un traumatisme cérébral peuvent être prévenues, en s’efforçant de réduire le délire apparu en USI. D’abord on doit évaluer et monitorer le délire, et ensuite appliquer des techniques de prise en charge notamment en recherchant un sevrage plus précoce des sédatifs et en appliquant un protocole de mobilisation. Ce qui est susceptible de « sauver des vies et de réduire le handicap », insistent les auteurs.

« L’apparition d’un délire chez des sujets hospitalisés en état critique est un état grave et encore mal compris » souligne une éditorialiste (Molly Wagster). « Cette étude illustre l’étendue du problème et la nécessité de réfléchir à des solutions. »

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
06.10.2013 à 23h48

« Ce problème est connu depuis longtemps chez les sujets de plus de 65 ans hospitalisés en REA. Ils développent rapidement un syndrome confusionnel. Il semblerait que la perturbation du rythme nycthém Lire la suite

Répondre
 
04.10.2013 à 16h05

« Pour précision, "delirium" signifie "confusion", pas "délire" qui se dit "delusion" en anglais. »

Répondre
 
03.10.2013 à 23h48

« Je suis vraiment étonnée de savoir que cette notion n'est pas acquise en France. Ayant travaillé plusieurs années vers 1981 dans le service de médecine interne du Pr Milliez (Hôpital Broussais- Pari Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 4

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 11

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter