Prothèses PIP : l’ANSM dément avoir dissimulé des informations

Prothèses PIP : l’ANSM dément avoir dissimulé des informations

02.10.2013
  • 1380709733459405_IMG_112149_HR.jpg

Selon Mediapart, un rapport interne très critique de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), rédigé au 1er trimestre 2012, et relatif au silence de l’AFSSAPS (devenue par la suite l’ANSM) sur les risques liés aux prothèses défectueuses PIP, n’aurait jamais été rendu public. En lieu et place, l’Agence aurait remis à Xavier Bertrand, à l’époque ministre de la Santé, un rapport officiel expurgé de ces informations embarrassantes.

Mediapart ajoute que L’AFSSAPS « aurait dû réagir dès 2007 et au plus tard en 2008 » aux remontées de matériovigilance faisant état d’une défectuosité accrue de ces prothèses mammaires. Or, en avril 2011, soit plus d’un an après le retrait du marché des prothèses, elle conseillait seulement « un examen clinique et une échographie tous les six mois ».

Démenti de l’ANSM

L’Agence du médicament dément formellement avoir dissimulé des informations. Selon elle, « ce n’est que deux mois après la remise publique de ce rapport, qu’un salarié de l’ANSM a remis de sa propre initiative à la direction générale une analyse personnelle et rétrospective, établie sur la base des mêmes données toxicologiques et de matériovigilance que celles figurant dans le rapport remis au ministre le 1er février 2012 ».

L’ANSM assure n’avoir « jamais souhaité occulter aucun document ou information nécessaire à l’enquête judiciaire ». Bien au contraire, « une instruction judiciaire étant ouverte sur ce dossier, l’Agence a spontanément remis au juge en charge de l’instruction le document élaboré par son salarié ».

Le procès du patron de PIP, Jean-Claude MAS, s’est tenu en mai dernier à Marseille devant le tribunal correctionnel. Le jugement doit être rendu le 10 décembre.

 H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
sécurité

968 agressions déclarées en 2016 : année noire pour la sécurité des médecins

Le nombre de d'agressions de praticiens déclarées s'est envolé en 2016 pour atteindre un nombre record, selon un bilan de l'Observatoire de la sécurité des médecins publié en exclusivité par « le Quotidien ». Dans deux tiers des cas, les incidents concernent un généraliste. Les menaces verbales restent majoritaires mais les cas de vandalisme augmentent. 11

Baisses des forfaits techniques, suppression du modificateur ZLes radiologues en grève contre les coups de rabot tarifaire Abonné

La Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) appelle les spécialistes à une journée de grève nationale aujourd'hui pour refuser... Commenter

La surveillance active, une option viable dans les cancers de la prostate localisés

prostate

Deux études observationnelles publiées dans le « JAMA » dressent un tableau complet des effets secondaires associés aux différentes... 1

La CSMF réclame une loi de santé rectificative et détaille son projet politique

ortiz

À un mois du premier tour de la présidentielle, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) a placé le futur président de la Rép... 11

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter