Polémique sur les statines : 1100 décès annuels en jeu

Polémique sur les statines : 1100 décès annuels en jeu

02.10.2013
  • infarctus

Afin d’estimer les conséquences sur la santé publique du livre publié par les Prs Philippe Even et Bernard Debré dénonçant une surprescription des statines, des cardiologues parisiens ont étudié l’observance dans un petit échantillon de patients suivis en consultation cardio-vasculaire : leurs conclusions sont alarmantes. Si l’ensemble de la population française traitée par statines arrêtait le traitement dans les mêmes proportions que l’échantillon étudié, la controverse serait responsable en France de près de 5 000 événements cardio-vasculaires majeurs, dont 1159 décès sur 1 an.

Les français ont-ils été perméables à la récente polémique sur la prescription des statines ? Il semble bien que oui et que cela ne se fasse pas sans dommage collatéral, selon les conclusions d’une étude menée dans 2 services parisiens et cabinet libéral et pilotée à l’hôpital européen Georges Pompidou. « La polémique récente sur les statines pourrait entraîner l’arrêt de ces traitements chez de nombreux patients et ainsi provoquer la survenue de nombreux événements cardio-vasculaires majeurs », écrivent les auteurs. Chiffres éloquents à l’appui.

En extrapolant à la population française les résultats obtenus chez 142 patients suivis en consultation cardio-vasculaire, l’équipe d’Étienne Puymirat avance que près de 4 992 événements cardio-vasculaires majeurs pourraient survenir dans l’hexagone, dont 1 159 décès, si tant est que la population traitée par statines décidait d’arrêter le traitement dans les mêmes proportions que l’échantillon étudié.

Une extrapolation à l’aide de deux grandes études

L’étude a consisté à étudier l’observance dans un échantillon de patients traités par statines à l’aide d’un questionnaire détaillé dans les suites immédiates de la polémique. Les chercheurs ont ensuite calculé le nombre prévisible d’événements cardio-vasculaires en se servant des données d’une grande métaanalyse, la «Cholesterol Treatment Trialists», publiée dans le BMJ en 2009. Une fois les chiffres obtenus dans l’échantillon, l’équipe les a extrapolés à l’ensemble de la population française traitée, en se servant des estimations d’une récente étude épidémiologique de l’Assurance Maladie de 2010.

Les cinq cardiologues dans trois centres de la région parisienne ont inclus de façon consécutive sur 1 mois au cours de leurs consultation 37 patients traités en prévention primaire par statine (âge moyen 68,0 ans) et 105 en prévention secondaire d’une maladie coronaire (âge moyen 67,6 ans). En prévention primaire, 24,3 % des patients interrogés ont déclaré avoir l’intention d’arrêter les statines contre 8,6 % en prévention secondaire. En prévention primaire, l’équipe est arrivée au résultat que 18 000 événements pourraient être évités par an avec les statines, dont 3970 décès. Si 24 % décidaient de ne plus prendre leur médicament, il y aurait alors 4320 événements induits, dont 953 décès. En suivant le même raisonnement en prévention secondaire, sur les 844 événements évités par an en France, l’arrêt de la statine chez les 8 % des patients traités entraînerait 672 événements par an, dont 206 décès.

Un impact sans doute sous-estimé

Ces résultats sont-ils représentatifs de la situation en France ? C’est toute la question. Certes, l’échantillon est petit et le recrutement est biaisé du fait d’une population choisie, suivie en consultation et soucieuse de sa santé. Mais alors l’écueil serait plutôt une sous-estimation du risque, puisque les patients ayant déclaré vouloir arrêter leur traitement ne l’ont peut-être pas fait, par exemple suite aux conseils de leur cardiologue. À l’inverse, on peut s’attendre à ce que les sujets peu enclins à s’occuper de leur santé soient encouragés à abandonner le traitement, ce qu’ils font d’ailleurs déjà en l’absence de tout contexte polémique. Comme les auteurs le soulignent, « près de 25 % des patients traités par statines après un infarctus du myocarde ont une mauvaise observance de leur traitement ».

Il est possible que l’impact soit plus large encore, du fait de l’abandon d’autres médicaments par effet d’entraînement, ce qui résulterait en un nombre accru d’événements cardiovasculaires. « Il semble, à travers les sous-groupes de l’étude, que ce soit les catégories socioprofessionnelles les plus élevées qui soient les plus sensibles aux messages négatifs » commente le Dr Etienne Puymirat.

Pour les auteurs, « dans un contexte actuel de suspicion grandissante vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique, les patients deviennent de plus en plus réticents à prendre des médicaments au long cours. C’est pourquoi il est crucial d’informer correctement les patients sur la prise en charge médicale (...) et d’être prudent avec les messages donnés à la population ».

Archives of Cardiovascular Disease, publication en ligne d’octobre 2013

Pr Nicolas Danchin : « la médiatisation a des conséquences en terme de santé »

Interrogé sur la méthodologie de cette étude, le Pr Nicolas Danchin précise qu’il s’agit d’une étude d’impact destinée à estimer le nombre de patients susceptibles d’arrêter leur traitement par statine en réaction à un évènement aigu.
« Nous  avons réalisé une modélisation, les imperfections méthodologiques sont assumées, explique le cardiologue. Il fallait réagir rapidement, dans les 2 mois qui ont suivi la polémique. »  Les questions posées n’étaient pas standardisées : les patients pour la majorité étaient suivis de longue date par le cardiologue et « n’auraient pas forcément compris que l’on les interroge avec des questions toutes faites ». Cependant le cahier des charges était de laisser parler les patients  spontanément avant de les interroger sur leurs intentions.
Les biais sont dans les deux sens, reconnaît le Pr Danchin, ceux qui ont la volonté d’arrêter et ne le feront pas, et ceux qui, face au cardiologue prescripteur, disent ne pas en avoir l’intention mais qui le feront quand même.  Dans tous les cas, cette étude est une manière d’essayer de chiffrer les choses. Il est certain que le nombre de patients qui s’interrogeaient sur leur traitement était beaucoup plus élevé qu’habituellement.

EVANS  montre également que cette polémique n’est pas qu’un débat d’idées et qu’elle a un vrai impact négatif en termes de santé. La seule mesure effective ne pourra venir que dans quelques années lorsque les bases SNIIRAM donneront le nombre d’arrêt effectif et la mortalité cardiovasculaire en regard.  Quant au Pr Philippe Even, interrogé sur la même étude, il n’a pas souhaité nous répondre. 

> Dr A. T.
 Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 27 Commentaires
 
07.10.2013 à 13h29

« Il est plus facile pour les médecins généralistes
d'apprécier le taux d'arrêt de statines grace aux
sites des CPAM. Pour ma part,après la polémique
de nos 2 zèbres,il y a eu 25 pour cent d'arrêt de Lire la suite

Répondre
 
05.10.2013 à 15h39

« ND fait un peu honte à la profession !! »

Répondre
 
04.10.2013 à 17h46

« Je suggère aux auteurs de "l'étude" (ou à d'autres) de procéder au même travail en intégrant les résultats de JUPITER, qui montre un risque de diabète accru de 27%, et les résultats de toutes les ét Lire la suite

Répondre
 
04.10.2013 à 09h26

« Un nombre non significatif de 142 patients , des conflits d'intérêt cités, des biais méthodologiques, une incertitude sur la realité des chiffres à la source, encore de la manipulation. »
professio Lire la suite

Répondre
 
03.10.2013 à 19h57

« Quatre grandes études (CORONA Study, l'essai JUPITER, l'essai AURORA et l'essai GISSI) montrent que les statines (notamment la rosuvastatine, statine la plus puissante pour diminuer le cholestérol s Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 12

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter