Euthanasie : trois quarts des Belges sont favorables à une extension aux enfants et aux déments

Euthanasie : trois quarts des Belges sont favorables à une extension aux enfants et aux déments

02.10.2013
  • 1380729135459502_IMG_112161_HR.jpg

Selon un sondage publié ce mercredi 2 octobre par le quotidien « La Libre Belgique », trois quarts des Belges sont favorables à une extension de la loi autorisant l’euthanasie aux mineurs et aux personnes souffrant de démence de type Alzheimer.

Ce sondage intervient alors que des parlementaires examinent depuis le 12 juin plusieurs propositions de loi permettant d’ouvrir l’euthanasie, autorisée depuis 2002 pour les adultes dans certaines conditions, aux mineurs « capables de discernement » et aux personnes atteintes de démence. Une majorité politique se dégage en faveur de cette proposition, mais l’opposition des deux partis d’inspiration chrétienne membres de la coalition gouvernementale pourrait empêcher que le texte soit adopté avant la fin de la législature le printemps prochain.

Selon le sondage réalisé par l’institut Dedicated auprès de 2 714 Belges, une grande partie de la population souhaite cette évolution. 79 % des sondés sont favorables à l’ouverture de l’euthanasie aux adultes souffrant de démence, incapable de demander une sédation.

Concernant les enfants, la question posée par le sondage diffère du texte en préparation au Parlement, puisqu’elle évoque le cas de mineurs qui ne « seraient plus en état de donner leur consentement », par exemple parce qu’étant plongé dans le coma.

Quelque 38 % des sondés se déclarent « tout à fait favorables » et 36 % « plutôt favorable » à cette mesure (soit 74 % d’avis positifs au total), contre 8 % de « plutôt défavorable » et 6 % de « tout à fait défavorable ». La Flandre, où une majorité des euthanasies est enregistrée, y est favorable à 75 %, contre 70 % à Bruxelles et 74 % en Wallonie.

« Il existe un très large consensus dans l’opinion pour étendre la législation sur l’euthanasie, y compris du côté des électeurs chrétiens-démocrates ou centristes », conclut « La Libre Belgique ».

Le Royaume a enregistré en 2012 1 432 euthanasies, qui représentent 2 % des décès. Des euthanasies au nom de souffrances psychiques intolérables sont également pratiquées de manière illégale. Il y en a eu 52 en 2012. Pas plus tard que lundi 30 septembre, un Belge de 44 ans a été euthanasié après une opération de changement de sexe qui avait échoué. Son médecin estimait que « ses souffrances psychiques étaient devenues insupportables ».

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
03.10.2013 à 22h09

« Ceci est réellement choquant, mais que faut-il penser de tels sondages ?.Je pense que nos amis Belges ne sont pas plus pro euthanasie que nous autres, et ont toujours à l'esprit les dérives eugéniqu Lire la suite

Répondre
 
03.10.2013 à 11h48

« Et mon voisin désagréable, on pourrait pas l'euthanasier aussi par hasard ? »

Répondre
 
03.10.2013 à 10h51

« Hitler aurait répondu oui au sondage, est-ce suffisant pour passer à l'acte ? Les sondages montrent qu'il existe une majorité d'imbéciles. »
Pr P.Feiss

Répondre
 
03.10.2013 à 07h38

« C'est honteux... »

Répondre
 
03.10.2013 à 00h29

« Le cas de Nathalie-Nathan en dit long sur les ravages qu'engendrerait la propagation de la théorie du genre "je ne m'aime pas fille donc je deviens garçon oui mais je ne m'aime pas et ne me reconnai Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 18

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 15

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter