375 000 personnes âgées dépendantes de plus en EHPAD en 2040

375 000 personnes âgées dépendantes de plus en EHPAD en 2040

24.09.2013
  • 1380037749456865_IMG_111505_HR.jpg

En 2012, la France compte 1,2 million de personnes âgées dépendantes selon la définition de la grille AGGIR, c’est-à-dire des personnes rattachées aux groupes GIR 1 à 4 qui touchent l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), selon les statistiques de la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) présentées dans le dossier « solidarité et santé ».

Les âgés en perte d’autonomie sont de plus en plus nombreux (le nombre de bénéficiaires de l’APA a augmenté de 2 % entre 2011 et 2012). Pourtant, beaucoup d’incertitudes planent sur l’évolution de la dépendance.

Selon une hypothèse intermédiaire, le nombre de personnes âgées dépendantes serait multiplié par 1,4 entre 2010 et 2030 et par 2 entre 2010 et 2060. À cette époque, la France comptera donc 2,3 millions de personnes dépendantes contre 1,1 million en 2010. Les hommes gagneraient 5,3 années d’espérance de vie à 65 ans entre 2010 et 2060, les femmes, seulement 4,9 ans. Les gains d’espérance de vie sans incapacité s’échelonnent eux, pour les hommes, entre 4,5 et 5,3 années et pour les femmes, entre 3,5 et 4,9 années.

Papy-boom

Selon une autre méthode de modélisation, le modèle de microsimulation dynamique de l’INSEE Destinie, les évolutions de la population des personnes âgées devraient être fortement marquées par l’arrivée aux âges de la dépendance des générations du « baby-boom ». Cela devrait provoquer d’abord un « rajeunissement » de ce groupe (avec augmentation des 65-74 ans jusqu’en 2020, puis des 75-84 ans jusqu’en 2030) puis à l’horizon 2040 un retour à des proportions semblables à aujourd’hui.

Conséquences : la durée moyenne de perception de l’APA passerait de quatre ans aujourd’hui à cinq en 2020, puis six en 2040. Et la proportion de personnes ayant été dépendantes avant leur décès augmenterait de 25 % aujourd’hui à 36 % en 2040.

En outre, il y aura de moins en moins d’aidants, ceux-ci étant soit plus âgés, soit plus impliqués sur le marché du travail. Si les conjoints devraient être de plus en plus présents, les enfants seront moins en situation d’aider, du fait de la fin du baby-boom.

Dernier enseignement, à l’horizon 2040, les entrées en établissement progresseraient plus rapidement (+ 375 000 personnes âgées dépendantes supplémentaires en institution) que le nombre de personnes âgées dépendantes à domicile. La part des personnes présentes en EHPAD dans la population dépendante passerait ainsi de 35 à 37 % en 2040. « On pourrait anticiper un besoin accru de places d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes », concluent les auteurs de la DREES.

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
29.09.2013 à 00h16

« Les prestations famille et vieillesse ainsi que le risque santé étaient couverts par les cotisations sociales sur les salaires dans une économie de quasi plein emploi. La situation de l'emploi se dé Lire la suite

Répondre
 
25.09.2013 à 23h23

« Il serait intéressant de renforcer la prévention et les prises en charge précoces, afin d'éviter ou de retarder la dépendance multifactorielle. Toutefois, cela suppose de faciliter l'accès aux spéci Lire la suite

Répondre
 
25.09.2013 à 08h47

« En fait, l'article est juste là pour aller dans la politique actuelle d'une assurance dépendance obligatoire à partir de 50 ans, afin de permettre que les personnes âgées dépendantes qui rentrent en Lire la suite

Répondre
 
25.09.2013 à 08h31

« C'est une belle étude, mais toute cette armée de personnes âgées dépendantes qui est déjà en marche, comment va-t-elle faire pour supporter les charges financières que représente la dépendance ? Fa Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 2

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... 2

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Réforme du troisième cycle : les jeunes voient rouge, s'estimant exclus des discussions

internes

Le torchon brûle autour de la réforme du troisième cycle des études médicales. L'Intersyndicat national des internes (ISNI) et... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter