Le Sénat suit l’Assemblée et autorise la vente de tests de grossesse en dehors des officines

Le Sénat suit l’Assemblée et autorise la vente de tests de grossesse en dehors des officines

13.09.2013
  • 1379092352453808_IMG_110712_HR.jpg

Le Sénat a décidé jeudi d’autoriser la vente de tests de grossesse en supermarché, en adoptant dans le cadre du projet de loi sur la consommation un amendement soumettant ces produits à la concurrence.

L’amendement présenté par le groupe socialiste a reçu le soutien du ministre délégué à la Consommation, Benoît Hamon. « Le gouvernement, en particulier la ministre de la Santé et celle des Droits des femmes, est très favorable à cet amendement », a indiqué le ministre. La levée de tous les freins à l’achat des tests constitue, selon lui, « une exigence de santé publique ». La disparition du monopole des officines a donc « des justifications économiques comme de santé publique ».

Le monopole sur les tests « n’a pas lieu d’être »

Ce sur quoi le rapporteur, Alain Fauconnier, renchérit : « À mon sens, le monopole des pharmaciens n’a pas lieu d’être. Pourquoi le maintenir quand on peut acheter un test de grossesse en ligne pour 3 euros ? » Il a rappelé la position de la commission des Affaires économiques du Sénat qui a jugé que cet amendement « relevait d’un texte relatif à la santé » tout en précisant qu’il votera pour « à titre personnel ».

Le sénateur René-Paul Savary (UMP), en tant que médecin, s’étonne que cet amendement soit débattu dans ce cadre-là : « J’ai eu affaire à des femmes enceintes qui arrivaient avec un test négatif parce qu’elles n’avaient pas su s’en servir. La question est plus complexe qu’on ne croit et relève de la commission des affaires sociales, qui devrait en être saisie. » Un avis partagé par Jean-Jacques Mirassou (PS) qui insiste : « Prenons le temps de la réflexion et renvoyons au texte sur la santé. »

La grossesse n’est pas une maladie

Ce à quoi la sénatrice Muguette Dini (UDI - UC), par ailleurs membre de la commission des Affaires sociales, a rétorqué : « Problèmes de santé ? Mais la grossesse n’est pas une maladie. Et le test ne touche pas au corps. Le rendre largement accessible en fera baisser le coût, rassurera les jeunes filles qui pourront se le procurer discrètement ; la découverte précoce de leur état leur permettra de prendre les dispositions qu’elles jugeront nécessaires. Ce n’est pas là un problème de santé mais de consommation. »

Claude Dilain (PS) a pointé le risque de fragiliser les officines, qui sont des éléments de lien social dans les quartiers difficiles, en libéralisant des produits très spécialisés tout en se disant convaincu par l’argument de la discrétion et de l’anonymat. Lui aussi s’est dit prêt à voter l’amendement.

Finalement, l’amendement 611 a été adopté tout comme l’a été le précédent – un amendement centriste – qui ouvre à la libre concurrence, les solutions d’entretien ou d’application des lentilles oculaires de contact. Les deux amendements seront de nouveau examinés par les députés en deuxième lecture avant d’être définitivement adoptés.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
15.09.2013 à 01h25

« Il est vrai qu'en économisant ... 3€ ?? ou moins par test acheté, avec en étant large 10 tests achetés pendant la vie d'une patiente : 30 € d'économisés ... heureusement que notre gouvernement pense Lire la suite

Répondre
 
14.09.2013 à 10h38

« Mme dini Suite à votre prise de parole au Sénat sur les tests de grossesse Il faudrait que vous sachiez ce qu'est la santé. La définition de la santé de l'OMS. La santé est un état de complet bien-ê Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Baisse des tarifs : les radiologues en grève le 23 mars

radiologues affiches

La Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) a annoncé ce jeudi un mot d'ordre de fermeture des cabinets libéraux, le jeudi 23... 4

La surveillance active, une option viable dans les cancers de la prostate localisés

prostate

Deux études observationnelles publiées dans le « JAMA » dressent un tableau complet des effets secondaires associés aux différentes... 1

Macron ne forcera pas les médecins à pratiquer le tiers payant

macron

On le savait pragmatique sur le sujet sensible de la généralisation du tiers payant, Emmanuel Macron le confirme dans une interview à... 11

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter