Ophtalmos : examen au Sénat d’un projet de loi controversé, les professionnels en alerte

Ophtalmos : examen au Sénat d’un projet de loi controversé, les professionnels en alerte

10.09.2013
  • 1378823798452832_IMG_110513_HR.jpg

Alors que le Sénat débute ce mardi l’examen du projet de loi relatif à la consommation, le monde médical se mobilise contre un amendement au texte, qui prolonge la validité des ordonnances de lunettes de trois à cinq ans et supprime l’obligation de prescription pour les lentilles.

Le Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF) est le premier organisme professionnel à avoir tiré la sonnette d’alarme, après l’adoption en commission des Affaires économiques de cet amendement, en juillet. Ceci « sans avis de la commission des Affaires sociales, sans aucune sollicitation des instances sanitaires ni évaluation des risques sur la santé des Français, alors même que [ce texte] modifie en profondeur le fonctionnement du système de soins et de prévention », peste aujourd’hui le Dr Jean-Bernard Rottier.

Le président du SNOF juge « irresponsable » la décision d’« augmenter la consommation de produits de santé en dérégulant leur distribution au nom de la libre concurrence ». « L’intérêt supérieur du patient doit prévaloir sur le business des grandes enseignes commerciales, ajoute-t-il à l’attention des sénateurs. Le code de la Consommation ne peut pas se substituer au code de la Santé ! »

Le dépistage en question

L’Académie française d’ophtalmologie partage l’inquiétude du SNOF. L’allongement à cinq ans de la validité de la prescription médicale de verres correcteurs est une mesure qui « diminuerait la prévention et le dépistage des pathologies oculaires », écrit l’organisation représentative des professionnels libéraux, hospitaliers et universitaires, des sociétés savantes et instances syndicales dans un communiqué. « Les délais de rendez-vous actuels des ophtalmologistes ne sont pas un argument recevable » pour voter en faveur d’un tel amendement, estiment par ailleurs les académiciens.

À propos de l’abandon d’ordonnance pour les lentilles de contact oculaires, l’Académie rappelle que ces dispositifs médicaux peuvent entraîner « des pathologies variées de la surface oculaire, dont certaines très graves comme les abcès cornéens risquant de conduire à la perte fonctionnelle, voire anatomique, de l’œil ». Dès lors, il serait « incompréhensible de faire preuve d’un plus grand laxisme pour la délivrance des lentilles alors qu’elles sont des dispositifs médicaux plus à risque » que les lunettes.

Tentative de démédicalisation pour la CSMF

La CSMF appelle à la suppression de toutes les mesures « qui concernent directement la santé et qui n’ont rien à […] faire » dans un projet de loi relatif à la consommation. Le syndicat présidé par le Dr Michel Chassang dénonce une « tentative de démédicalisation de la santé visuelle » autant qu’une « hérésie en matière de santé publique ».

Les sénateurs ont jusqu’à vendredi pour examiner l’intégralité du projet de loi.

ANNE BAYLE-INIGUEZ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 19 Commentaires
 
27.09.2013 à 19h14

« Des solutions existent comme la reconnaissance pour les orthoptistes à prescrire des lunettes au sein même des cabinets ophtalmo en partenariat avec eux en ayant accès au dossier du patient. Délégue Lire la suite

Répondre
 
13.09.2013 à 10h38

« ENFIN !!! les ophtalmos, débrassés de la correction optique vont pouvoir faire de l'ophtalmologie vraie (celle qui nécessite 10 ans d'études) et recevoir les patients qui en ont vraiment besoin.
A c Lire la suite

Répondre
 
11.09.2013 à 08h57

« A ne pas vouloir évoluer dans nos pratiques, nous risquons de plus en plus ce genre de décision. Les ophtalmologues, dont je respecte absolument les compétences, ont crié haro quand les législateurs Lire la suite

Répondre
 
odile m Médecin ou Interne 15.09.2013 à 22h35

« Sur ce principe-là, les contrôles de TA trimestriels pourraient aussi se faire par des infirmières, ainsi que le renouvellement d'ordonnance si tout va bien. La mesure de l'acuité visuelle est impor Lire la suite

Répondre
 
11.09.2013 à 08h28

« Ces politiques veulent nous faire dépister les cancers du sein chez le marchands de soutien-gorge et les cancers du colon chez le marchand de slip : la pescription de lentilles et les maladies ocul Lire la suite

Répondre
 
11.09.2013 à 08h22

« Cette mesure pourrait être considérée comme un cavalier législatif par le conseil constitutionnel (CC) . J'invite le syndicat des OPH à déposer une question prioriitaire de constitutionnalité ( QPC) Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Recrutement, passerelles, maquettes, outils numériques, carrièresAttractivité de l'exercice médical : les CHU à l'offensive Abonné

chu

À l'occasion des 15 e assises nationales hospitalo-universitaires qui s'ouvrent aujourd'hui à Toulouse, doyens, directeurs et présidents de... 1

Touraine veut-elle imposer un proche à la direction de Gustave-Roussy ?

Touraine veut-elle imposer un proche à la direction de Gustave-Roussy ?-1

Un membre du cabinet de la ministre de la santé Marisol Touraine est pressenti au poste de directeur général adjoint du prestigieux centre... 1

Innovation, recherche... accompagnement des patientsLe Galien 2016 fait peau neuve Abonné

mehl

Quatre nouvelles catégories sont récompensées cette année aux côtés des volets classiques médicamenteux et travaux de recherche. 2016,... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter