Transformation d’une unité de maternologie : le cri d’alarme d’un pédiatre

Transformation d’une unité de maternologie : le cri d’alarme d’un pédiatre

09.09.2013
  • 1378719189452192_IMG_110255_HR.JPG

L’unité de maternologie de Saint-Cyr-l’École, dans les Yvelines, créée en 1987 pour prendre en charge les mères et leur bébé confrontés à des difficultés relationnelles, est sous le coup d’une transformation. D’hospitalisation à temps complet, ce petit service dépendant du centre hospitalier Jean-Martin Charcot situé à Plaisir (Yvelines), qui compte quatre « suites parentales », pourrait devenir exclusivement ambulatoire.

Ce projet est un non-sens, selon le Dr Marc Pilliot, pédiatre à Roubaix et au pôle mère-enfant du centre hospitalier de Tourcoing, membre fondateur de l’Initiative Hôpital Ami des bébés (IHAB) en France.

Ce médecin, sans lien avec le service de maternologie en question, a pris la plume dans une lettre ouverte au Directeur de l’hôpital Charcot, Jacques Berard, relayée notamment par l’association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA).

Il y exprime sa « vive inquiétude » : « Plus de 10 % des mères se retrouvent avec des difficultés, à des degrés variables. Autrefois il y avait tout un village pour s’occuper d’un enfant. La maternologie, avec son approche "contenante" et son accompagnement "à temps plein" joue le rôle du village d’autrefois : cette présence continue permet d’étayer la mère tout en évitant une séparation mère-bébé qui serait délétère », écrit-il.

Fermer l’unité la nuit lui ferait perdre toute pertinence. « C’est le soir que la détresse maternelle, même chez des mères solides, peut être la plus intense face aux comportements irrationnels des bébés », explique-t-il au « Quotidien ».

La T2A en cause

« Ces mères ne souffrent pas de maladies psychiatriques. Les placer en unité psy risquerait d’être stigmatisant, alors qu’elles ressentent déjà de la culpabilité et de la honte à ne pas parvenir à établir une relation avec leur enfant », poursuit le Dr Pilliot.

Selon le pédiatre, les professionnels de santé dans les maternités où les mères ne séjournent que quelques jours passent parfois à côté de ces souffrances maternelles, tout autres que le « baby blues ». « Les difficultés de ces mères peuvent se réveiller un mois et demi après l’accouchement et ce service de maternologie peut être très utile pour les accompagner dans le rétablissement du lien avec leur enfant ».

In fine, Le Dr Pilliot met en cause la tarification à l’activité (T2A), qui ne permet pas de valoriser de telles structures.

En réponse, la direction de l’hôpital Chariot met en avant la nécessaire modernisation de l’offre de soins en périnatalité. En rebaptisant l’unité de maternologie « Unité parents bébés » et en la rattachant au pôle de psychiatrie infanto-juvénile du secteur de l’Ouest de Versailles, « le nouveau projet permettra de développer une hospitalisation de jour, une équipe mobile de périnatalité, une consultation des pères ainsi qu’un certain nombre de consultations spécialisées », explique l’hôpital. L’accent sera mis notamment sur le travail en réseau.

La direction ne nie toutefois pas que « la question du rapport coût-efficacité de cette unité est aujourd’hui à l’étude ».

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
10.09.2013 à 18h46

« Pédiatre de maternité je sais combien ces unités de maternologie sont précieuses et les places rares en particulier l'unité de st Cyr avec laquelle nous avons des contacts. Dans le nouveau bâtiment Lire la suite

Répondre
 
10.09.2013 à 15h11

« La Maternologie a bien évidemment toujours travaillé en réseau ! Comment aurait-elle pu fonctionner autrement ? les familles étaient adressées par les maternités, PMI, médecins, etc...
La destructio Lire la suite

Répondre
 
10.09.2013 à 08h41

« Formidable la réponse de la direction de l'hôpital : toujours cette fameuse rentabilité économique... Ne peut-on pas moderniser tout en gardant l'existant qui semble indispensable et qui fait ses pr Lire la suite

Répondre
 
09.09.2013 à 21h14

« Je soutiens la PH qui dirige ce service d'autant qu'une de mes patiente est passé par son service et va beaucoup mieux maintenant. »
Dr Annaïg Ollivier Eccher déleguée de l'ufml pour le 78

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'ordonnance très libérale de la patronne de l'iFRAP pour « sauver la santé »

Agnès Verdier-Molinié

Agnès Verdier-Molinié ne manque pas d'idées. La directrice de la Fondation iFRAP, think tank libéral qui étudie l’efficacité des politiques... 5

Des médecins de Pau pétitionnent contre les pénalités visant les patients « hors parcours »

petition

« Nous demandons un moratoire pour stopper les sanctions financières dont sont victimes les patients ne trouvant pas de médecin traitant. »... 1

Création d'un modèle miniature d'appareil reproducteur féminin

Woodruff Lab

Une équipe de l’université Northwestern (Illinois, États-Unis) a développé un appareil reproducteur féminin miniature, et l'a présenté dans... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter