Baclofène : progression des effets indésirables psychiatriques, apparition d’effets non attendus

Baclofène : progression des effets indésirables psychiatriques, apparition d’effets non attendus

28.08.2013
  • 1348017374371919_IMG_89457_HR.jpg

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a mis en ligne (rapport au format PDF) mardi le compte rendu d’une séance du Comité technique de pharmacoviglance (CRPV) du 16 avril 2013. Au cours de cette réunion, les données du suivi de pharmacovigilance du baclofène dans son utilisation hors-AMM dans le sevrage alcoolique mis en place en mars 2011, ont été présentées.

Celles-ci concernent 2012. Le nombre de comprimés vendus (génériques inclus) cette année-là a progressé de 52 % par rapport à l’année précédente. « D’après les estimations des laboratoires*, la proportion de l’usage hors AMM dans le traitement de l’alcoolo-dépendance correspond à environ 50 % des ventes de baclofène sur le territoire national », note le comité.

Les doses utilisées sont très « hétérogènes » avec une médiane à 120 mg par jour. « Le profil des prescripteurs reste mal caractérisé, cependant il ressort que les principaux prescripteurs sont des addictologues, psychiatres et généralistes », souligne le CRPV de Grenoble, en charge du dossier.

405 effets indésirables

Au cours de l’année 2012, 263 cas (93 graves et 170 non graves) correspondant à 405 effets indésirables ont été rapportés dans le traitement des addictions, soit 163 cas de plus que pour l’année 2011. Les types d’effets indésirables le plus souvent rapportés sont : les troubles neurologiques (33,6 %), les troubles psychiatriques (21,2 %) et les troubles gastro-intestinaux (10 %).

« Comparativement à l’augmentation des chiffres de vente (x 1,5), une nette progression des effets attendus a été observée, en particulier pour les effets indésirables neurologiques et psychiatriques », commente le CRPV. Les troubles mnésiques ont par exemple été multipliés par 7, les troubles dépressifs par 10, les syndromes de sevrage par 10, les abus et la dépendance par 8.

« Les signaux dont la surveillance active avait été conseillée dans le rapport précédent, à savoir les troubles mnésiques et l’abaissement du seuil épileptogène en cours de traitement en particulier lors d’alcoolisation, sont confirmés », ajoute le comité.

Nouveaux signaux et nouveau profil

Le rapport révèle par ailleurs que de nouveaux signaux ont été observés, ce qui selon le CRPV, témoigne d’un « profil d’effets indésirables différent » du baclofène à haute dose prescrit dans le traitement des addictions par rapport à son utilisation dans la spasticité. Ces nouveaux signaux sont : troubles sensitifs et sensoriels (24), erreurs de prise (19), xérostomie (16), insomnie (14), décompensation maniaque (14), accidents (11), syndrome de sevrage sur le mode confusionnel et hallucinatoire se rapprochant du delirium tremens alcoolique (10), sudation excessive (10), abus-dépendance (8) et syndrome œdémateux (5).

« D’autres signaux plus faibles émergent » qui « devront faire l’objet d’une surveillance à l’avenir », indique encore le CRPV. Ces derniers sont précisés : hypertriglycéridémie (3), prise de poids (3), troubles anxieux paradoxaux (3), rétrécissement du champ visuel (2), allongement du QT en cas de surdosage (2), diabète insipide en cas de surdosage (2), syndrome d’apnée du sommeil (2 dont 1 à réévaluer).

Le comité évoque les connaissances encore limitées des diverses fonctionnalités du récepteur GBA-B (le baclofène est agoniste des récepteurs centraux et périphériques GABA-B) dont « la pharmacologie est complexe et non élucidée ».

Ainsi, d’un côté des nouveaux effets sont observés alors que d’autres « attendus du fait de la pharmacologie du produit » ne le sont pas, comme les troubles extrapyrapamidaux, les syndromes des jambes sans repos, le syndrome amotivationnel, l’hémorragie digestive, le syndrome sérotoninergique ou l’abus à des fins dopantes par analogie avec le GHB. Des signaux émergents dans le précédent rapport n’ont pas été confirmés mais « doivent faire l’objet d’une surveillance » (cancers et troubles hématologiques).

Modification des RCP

Le rapporteur préconise la poursuite de ce suivi national de pharmacovigilance et l’accès à une RTU (recommandation d’utilisation temporaire) qui permettra la mise en place de mesures de minimisation de risques (orientation des patients vers des centres d’excellence, diffusion d’une information de sécurité validée, stimulation de la notification spontanée).

Le comité confirme que cette RTU est en cours d’élaboration et devrait bientôt être finalisée comme l’avait annoncé le Pr Dominique Maraninchi, directeur de l’ANSM, en juin dernier. Le rapporteur suggère aussi que les études de phase 1 et 2 déposées par les laboratoires soient de nouveau analysées afin de voir si des études complémentaires sont nécessaires à doses élevées.

Enfin, il recommande une harmonisation et une actualisation des RCP en indiquant, dans les mises en garde, les risques de décompensation maniaque, de dépression et de passage à l’acte suicidaire ; les effets indésirables comme le syndrome œdémateux, la sécheresse buccale, les troubles anxieux paradoxaux, le syndrome d’apnée du sommeil doivent être ajoutés ; le diabète insipide et l’allongement de QT devront apparaître dans la rubrique « surdosage ».

* 8,3 % des prescriptions de Lioseral (Novartis) sont dans le cadre d’une alcoolo-dépendance ; 63 % des prescriptions de Zentiva (Sanofi)

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 9 Commentaires
 
03.09.2013 à 10h41

« De quoi est mort le médecin alcoolique qui s'est expatrié de France pour enseigner aux USA et qui avait prôné le succès sans étude préalable sérieuse de cette molécule ? A-t-on les résultats de son Lire la suite

Répondre
 
04.09.2013 à 14h40

« Fait on une autopsie pour un arrêt cardiaque ? Quant à ses analyses, demandez les donc à son frère si vous en avez le courage.
Olivier Ameisen a découvert que le baclofène avait supprimé sa dépendan Lire la suite

Répondre
 
MICHEL J Médecin ou Interne 29.08.2013 à 09h48

« Détail de date au début du texte : plutôt 2013 ? :

le compte rendu d’une séance du Comité technique de pharmacoviglance (CRPV) du 16 avril 2003... »

Répondre
 
Stéphane L
Stéphane L La rédaction du Quotidien du Médecin 29.08.2013 à 10h23

« C'est corrigé. Merci de nous l'avoir signalé. La rédaction. »

Répondre
 
28.08.2013 à 21h04

« À quand une réunion de l'ansm sur les effet indésirable de l'alcool et le tabac.
Conclusion de la réunion compte tenu des effets indésirables du tabac et des effets secondaires le rapport bénéfice r Lire la suite

Répondre
 
28.08.2013 à 20h58

« Mais est-ce efficace sur l'alcoolisme, qui rappelons le a aussi quelques effets indésirables Psy, neuro, et gastro... »

Répondre
 
28.08.2013 à 20h45

« On a supprimé la catalgine pour bien moins que ça »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 8

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter