Les internes de médecine générale de Lille déconseillent leur faculté au grand dam du doyen

Les internes de médecine générale de Lille déconseillent leur faculté au grand dam du doyen

27.08.2013
  • 1377616063449503_IMG_109524_HR.jpg

L’Association des internes de médecine générale de Lille (AIMGL) déconseille aux étudiants qui ont passé en juin les épreuves classantes nationales (ECN) et qui souhaitent devenir généralistes de suivre leur internat dans leur faculté. Cette prise de position met une nouvelle fois en lumière les difficiles relations qu’entretiennent depuis plusieurs années les internes de médecine générale de cette faculté avec leur doyen.

Le Pr Didier Gosset n’est pas personnellement nommé par l’AIMGL mais l’association déplore la « dégradation des conditions de formation des internes de médecine générale ». Selon elle, « la discipline est régulièrement dénigrée par la faculté de Lille ». Conséquence : aucune nomination d’enseignant-chercheur ou de chef de clinique n’a été enregistrée cette année dans l’UFR du Nord.

Les internes regrettent également qu’aucune promotion de l’exercice en zone sous-dotée n’ait été réalisée dans leur faculté ou encore que la formation de leurs maîtres de stage se soit « dégradée ». « Ces difficultés ne peuvent que démotiver nos enseignants, déjà bien peu nombreux en regard du nombre d’internes », ajoute l’AIMGL.

Appel déraisonnable pour le doyen

Contacté par « le Quotidien », le doyen de la faculté de Lille dément toute discrimination envers la médecine générale. « La faculté de Lille voit les projecteurs braqués sur elle car elle est la plus grosse faculté de médecine de France et qu’elle rassemble de nombreux responsables syndicaux de médecine générale - les président et vice-président du SNEMG sont lillois », affirme le Pr Gosset.

Le doyen explique par ailleurs que Lille connaît un déficit historique en enseignants, toutes spécialités médicales confondues. Dans ce cadre, la médecine générale n’est pas la discipline la plus défavorisée puisque les quelque 850 internes de médecine générale (avec la centaine que compte Lille Catho) sont formés par un professeur titulaire, 3 professeurs associés et 4 maîtres de conférence auxquels s’ajoutent 8 « chargés d’enseignement ». Le doyen reconnaît un manque de chefs de clinique dans la discipline (un seul cette année) mais « il n’y a pas tellement de candidats » (trois pour l’an prochain). « Je ne peux pas, en l’état actuel de nos troupes, redistribuer des postes de chefs de clinique des spécialistes vers la médecine générale », explique Didier Gosset.

L’appel lancé aux étudiants par l’AIMGL à ne pas s’inscrire en médecine générale à Lille est jugé « dangereux et déraisonnable » par le doyen. « J’espère que les étudiants placés parmi les 2 000 premiers aux ECN feront médecine générale et s’inscriront à Lille où ils auront un cursus complet », conclut Didier Gosset.

Une pénurie générale d'enseignants

Le Syndicat national des enseignants de médecine générale (SNEMG ) relève que le ratio enseignants titulaires/enseignés est parmi les plus bas de France à Lille avec 1 enseignant titulaire pour 190 internes. « Lille est une des facultés les moins bien loties de France avec Marseille et Strasbourg et après la Guyane et la Réunion » , précise le Dr Matthieu Calafiore , président du SNEMG et chargé d’enseignement à Lille . Le syndicat rappelle toutefois que si la situation est « catastrophique » dans l’UFR du Nord, « elle n’est guère plus glorieuse dans les autres facultés de France » . « Partout, il manque cruellement d’enseignants de médecine générale et de chefs de clinique, poursuit le SNEMG . Partout, il existe des candidats ayant toutes les compétences nécessaires et les titres requis pour prétendre à une nomination. »

Les généralistes enseignants pointent la responsabilité du ministère de l’Enseignement supérieur qui a décidé de ne pas nommer la totalité des candidats à un poste de maître de conférence associé alors qu’ils avaient été reconnus aptes par le conseil national des universités (CNU ).
 CH.G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
28.08.2013 à 05h53

« Lille du temps du Professeur Warembourg, c'était autre chose ! L'Hôtel-Dieu de Paris à l'époque du professeur Bariéty également. Maintenant ce sont les écuries d'Augias ! Quant à la Pitié-Salpétrièr Lire la suite

Répondre
 
28.08.2013 à 00h36

« A mon époque il était écrit "interdit aux chiens et aux résidents" à l'entrée de l'internat du CHU... »

Répondre
 
27.08.2013 à 20h41

« Un marchand de chevaux m'a dit voici 6 ans: La France? Un pays à mille Euros.... pour signifier le bas niveau des acheteurs et du reste...
Cela s'applique aussi et surtout à sa médecine, prétendume Lire la suite

Répondre
 
28.08.2013 à 08h25

« Hélas il a raison : En 1963 la France tenait sa place et partout nous trouvions les inscriptions en langue locale, en Anglais et en Français. Dès 1970, ce fut le début de la chute libre et j'ai même Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 3

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 10

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter