L’espoir d’un traitement de la fièvre Ebola se confirme

L’espoir d’un traitement de la fièvre Ebola se confirme

22.08.2013
  • 1377187112449187_IMG_109427_HR.jpg

Un traitement contre l’infection par Ebola tenté chez des primates apporte une protection chez 43 % d’entre eux après la survenue des symptômes, annoncent des chercheurs américains. Un espoir pour cette fièvre hémorragique assortie d’un taux de mortalité de 90 %.

Les études antérieures avec ce produit encore expérimental, désigné sous le nom de MB-003, avaient montré une protection de 100 % des primates non humains lorsqu’il est administré une heure après l’exposition. Donné 48 heures après l’exposition, les deux tiers des primates avaient été protégés.

Dans ce nouveau travail, James Pettitt (US Army Medical Research Institute) montrent la récupération de 43 % des primates non humains infectés, après une injection intraveineuse du MB-003 administrée entre 104 et 120 heures après l’infection.

Même au stade symptomatique

Le protocole de l’étude était sensiblement différent des premiers travaux menés avec le produit, précisent les chercheurs. Cette fois-ci, on a attendu la présence de symptômes mesurables pour commencer à traiter.

« En demandant à la fois la présence d’une vraie fièvre et une confirmation biologique de l’infection par Ebola avant de commencer le traitement, nous avons été proches des conditions réelles », souligne Gene Olinger, l’auteur principal.

On sait que le virus Ebola se multiplie à grande vitesse pour atteindre des niveaux très élevés et dépasser rapidement les possibilités du système immunitaire de l’hôte infecté. MB-003, qui est en développement depuis une dizaine d’années, est un cocktail d’anticorps monoclonaux, destinés à lier et à inactiver le virus. Ces anticorps sont capables de reconnaître les cellules infectées et de déclencher une réaction immunitaire. Il n’y a pas eu d’effets secondaires importants chez les animaux survivants.

Le mode de fabrication des protéines du produit, utilisant des plantes, permet une obtention rapide et un coût moindre que les techniques habituelles.

La prochaine étape va consister à tester la sécurité chez l’animal dans des essais plus grands. Celle-ci sera suivie, si les résultats sont bons, par une étape humaine chez des volontaires.

En juin dernier, une autre voie de recherche avait elle aussi permis quelques résultats positifs. Des chercheurs avaient montré sur un modèle murin que des modulateurs sélectifs des récepteurs aux estrogènes (clomifène et torémifène) administrés 1 heure après l’infection amélioraient la survie dans un modèle murin.

Science Translational Medicine, 21 août 2013.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dix cliniques ferment par an : la FHP dénonce le « goût amer » du quinquennat Touraine

clinique

Lamine Gharbi ne regrettera pas Marisol Touraine au ministère de la Santé. À un mois du premier tour de la présidentielle, le patron de la... 2

Implants mammaires : la FDA recense 359 cas de lymphomes (LAGC) dont 9 décès

implants mammaire

L'agence américaine des médicaments (FDA) a reçu, au 1er février 2017, 359 notifications de lymphomes anaplasique à grandes cellules (LAGC)... Commenter

Baisse des forfaits dialyse : les néphrologues libéraux et la FHP consternés

dialyse

« Consternation », « inégalité et inquiétude ». Tels sont les mots du Syndicat des néphrologues libéraux (SNL) pour décrire la baisse des ta... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter