Un Jivago pour la plage ? - Roger Ackroyd : l’affreuse duplicité du Dr Sheppard

Un Jivago pour la plage ?Roger Ackroyd : l’affreuse duplicité du Dr Sheppard

26.07.2013

Héroïques ou malfaisants, les médecins ont inspiré les écrivains. Petite sélection de livres à (re)découvrir.
Aujourd'hui : 
« Le meurtre de
Roger Ackroyd », d'Agatha Christie (1926).

  • ackroyd

 

« Mme Ferrars mourut dans la nuit du 16 au 17 septembre, un jeudi. On me fit appeler le vendredi matin à 8 heures précises. ll n’y avait plus rien à faire. La mort remontait à plusieurs heures. »

Ainsi débute « Le meurtre de Roger Ackroyd » : le narrateur et anti-héros de l’un des plus célèbres romans d’Agatha Christie est un médecin. Un médecin de campagne du milieu des années 20, le Dr Sheppard, que l’on pourrait téléporter sans peine – ou presque – dans un désert médical d’aujourd’hui. Car voici à quoi ressemble, à l’en croire, le village de King’s Abbot, où il exerce : « Tous les hommes valides s’empressent de partir dès qu’ils sont en âge de le faire, mais nous ne manquons ni de vieilles filles ni d’officiers à la retraite. »

Partant en visite, le bon docteur ne paraît pas particulièrement emballé par son quotidien – « la routine habituelle, aucun cas intéressant en vue », confie-t-il au lecteur. Mais comme on est chez Agatha Christie, les événements vont s’empresser de lui donner tort. Le cadavre d’ouverture du livre va être suivi d’un second, celui de Roger Ackroyd, poignardé dans la nuque.

Les courges de Poirot

Hercule Poirot, installé à King’s Abbot pour occuper sa retraite à « cultiver des courges » va s’en mêler et confondre un assassin particulièrement fourbe au terme d’une enquête réunissant des ingrédients magiques tels deux maîtres chanteur, une femme de chambre limogée, des empreintes de chaussures faussement confondantes, une célibataire (et sœur du Dr Sheppard) cancanière, un bout de batiste perdu, une alliance repêchée dans un bassin...

Coup de maître (attendu) du détective belge : il résout l’énigme en réunissant tous les protagonistes en fin de course. Coup de bluff d’Agatha Christie : l’assassin est le narrateur, le bon docteur. Lequel va se suicider (au véronal) après avoir été confondu par Poirot ! « Curieuse fin, pour mon manuscrit, écrit-il. Et moi qui envisageais de le publier, en tant qu’histoire d’un échec de Poirot. Le sort a d’étranges caprices. »

Agatha Christie, « Le meurtre de Roger Ackroyd », 1926.

 K. P.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

À Saint-Lunaire, branle-bas de combat pour remplacer un généraliste

st lunaire

À Saint-Lunaire (Ille-et-Vilaine), station balnéaire près de Dinard, la prochaine saison touristique donne des sueurs froides à la mairie. L... 9

Perturbateurs endocriniens : 7 écolos contaminés jusqu’aux pointes des cheveux

Perturbateurs endocriniens : 7 écolos contaminés jusqu’aux pointes des cheveux-1

Quel lien existe-t-il entre la navigatrice et présidente de WWF-France Isabelle Autissier, Yann Arthus-Bertrand, Nicolas Hulot,... 5

François Fillon : « Le gouvernement socialiste a montré son mépris des médecins »

FILLON

« Pas question de toucher à l'assurance-maladie, et encore moins de la privatiser ». Après des semaines de polémique, le candidat LR à l'éle... 16

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter