Des recommandations européennes pour mieux traiter les troubles du rythme de l’enfant

Des recommandations européennes pour mieux traiter les troubles du rythme de l’enfant

24.07.2013
  • 1374656721448680_IMG_109295_HR.jpg

Deux sociétés savantes européennes, l’European Heart Rhythm Association (EHRA), la branche rythmologie de l’European Society of Cardiology (ESC) et l’Association for European Paediatric and Congenital Cardiology (AEPC), ont publié les premières recommandations pour les arythmies en pédiatrie.

Pour le Pr Josep Brugada, président du groupe de travail : « Le nombre d’enfants ayant un trouble du rythme est relativement faible et très peu de praticiens et de centres possèdent l’expertise nécessaire. Les arythmies pédiatriques sont différentes de celles des adultes et devraient être traitées et diagnostiquées en centres spécialisés ». La publication aborde quatre chapitres différents : les mécanismes, le traitement pharmacologique, l’ablation par radiofréquence et les dispositifs implantables.

Une physiopathologie propre

Concernant la physiopathologie des arythmies, le Pr Brugada explique que « les patients avec une cardiopathie congénitale ont des arythmies spécifiques pendant les toutes premières années de vie et après chirurgie dont les mécanismes sont différents des adultes. C’est important de connaître ces différences pour traiter les enfants ».

Quant aux médicaments utilisés, ce sont les mêmes que chez les adultes, mais à des doses et pour des indications sont différentes.

Radiofréquence et dispositifs implantables

L’ablation par radiofréquence est de plus en plus utilisée chez les enfants en alternative au traitement médicamenteux. « Certaines indications d’ablation des arythmies chez les adultes ne sont pas valables chez les enfants parce que la petite taille de leur cœur les place à haut risque de complications. Mais, en général, si les spécialistes et les centres ont le degré d’expertise approprié, les ablations pédiatriques peuvent être réalisées de façon aussi sûre et efficace que chez les adultes, y compris chez les très jeunes enfants », soulignent les experts.

Le dernier chapitre consacré aux dispositifs décrit les modalités des pacemakers, des défibrillateurs implantables et du traitement de resynchronisation cardiaque. Si les adultes peuvent garder le même dispositif tout au long de leur vie, il est nécessaire de le changer tous les 3-4 ans chez les enfants. « Le document explique schématiquement comment remplacer le dispositif et les câbles, une procédure compliquée qui peut être réalisée en toute sécurité dans des centres spécialisés », concluent-ils.

EP-Europace 1.

Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... Commenter

Calomniée mais confortée, l'interne Sabrina Ali Benali s'explique

Sabrina Ali Benali

Sa vidéo postée sur Facebook le 11 janvier a été vue 11 millions de fois. Un record. L’interne Sabrina Ali Benali y interpelle la ministre... 51

Primaire à gauche : pleins feux sur la santé, la protection sociale et les mutuelles !

debat

Jeudi soir, la première demi-heure du troisième débat de la primaire à gauche a montré à quel point la santé et la protection sociale sont... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter