Un lien confirmé entre les oméga-3 de poisson et le risque de cancer de la prostate

Un lien confirmé entre les oméga-3 de poisson et le risque de cancer de la prostate

17.07.2013
  • 1374056787448241_IMG_109175_HR.jpg

Une consommation élevée d’oméga-3 d’origine marine (poisson gras ou suppléments d’huile de poisson) pourrait augmenter le risque de cancer de la prostate. Les hommes ayant des concentrations sanguines élevées d’acides gras oméga-3 ont un risque augmenté de cancer de la prostate.

Si une association de cause à effet reste à prouver, il apparait prudent pour les hommes d’éviter l’excès d’apport. « La confirmation de ces résultats suggère que ces acides gras sont impliqués dans la tumorigenèse de la prostate et les recommandations pour augmenter l’apport en acides gras oméga 3 devraient prendre en compte leurs risques potentiels », concluent Brasky et coll. dans une étude publiée dans le Journal of the National Cancer Institute.

Un résultat inattendu

La même équipe avait rapporté dans une étude publiée en 2011 que des concentrations sanguines élevées en oméga-3 DHA étaient associées à un risque deux fois plus élevé de cancer de la prostate de haut grade (agressif). Ce résultat était tout à fait inattendu ; les oméga-3, des acides gras poly-insaturés essentiels, sont plutôt réputés pour leur bienfaits sur la santé et possèdent des propriétés anti-inflammatoires.

Or, l’inflammation joue un rôle dans le développement et la croissance de nombreux cancers. Leur nouvelle étude a utilisé les données de l’étude SELECT, menée chez plus de 35 500 hommes randomisés entre 2001 et 2004 afin d’evaluer si le sélénium et la vitamine E pouvait prévenir le cancer de la prostate ; les résultats n’avaient pas montré d’effet préventif.

Ils ont comparé les 834 hommes ayant developpé un cancer de la prostate durant le suivi (834 cas, dont 156 cas de cancer agressif) à une sous-cohorte de 1 393 hommes appariés pour l’âge et la race et sélectionnés au hasard parmi toute la cohorte initiale de l’étude SELECT (29 ont développé un cancer de la prostate).

Dans cette étude de cas-cohorte, ils ont examiné les associations entre les taux plasmatiques d’acides gras et le risque de cancer de la prostate.

Les hommes, dont les taux sanguins d’oméga-3 à longue chaîne (EPA, DPA, DHA; trouvés dans les poissons) sont situés dans le quartile supérieur, ont un risque de cancer de la prostate augmenté de 43% par rapport aux hommes dont les taux sont les plus bas (dans le quartile inférieur), avec un risque augmenté de 71% pour la forme agressive et de 44% pour la forme peu évolutive. Ces associations sont similaires pour chacun de ces oméga-3.

La différence entre les taux sanguins de ces oméga-3 dans le groupe à haut risque et le groupe à bas risque revient approximativement à manger du saumon deux fois par semaine, estime le Dr Kristal (Fred Hutchinson Cancer Center, Seattle).

Quid des taux d’oméga-3 d’origine végétale ?

Par contraste, les taux d’oméga-3 d’origine végétale (ALA, trouvé dans les huiles de colza, de soja... et dans les graines de lin) n’affectent pas le risque de cancer de la prostate, venant confirmer la majorité des études.

Un autre résultat surprenant concerne les acides gras poly-insaturés oméga-6 (LA ou acide linoléique, huiles végétales), considérés pro-inflammatoires. Leur taux sanguin élevé s’avère associé à un risque réduit de cancer de la prostate (réduction de 23% globalement et 25% pour la forme peu évolutive).

« Ces résultats sont contraires à l’attente selon laquelle une consommation élevée d’acides gras oméga-3 à longue chaîne, et une consommation faible d’acides gras oméga-6, réduiraient le risque de cancer de la prostate », notent les chercheurs.

Les futures études devront élucider les mécanismes sous-tendant l’association entre les oméga-3 de poisson et le risque de cancer de la prostate. Un effet potentiellement néfaste de ces oméga-3 est leur conversion en composés endommageant les cellules et l’ADN, ainsi que leur rôle dans l’immunosuppression. On ignore si ces effets affectent le risque de cancer.

En attendant d’en savoir plus, il pourrait être prudent pour les hommes d’éviter les suppléments d’huile de poisson puissamment dosés. D’autant qu’une récente méta-analyse d’essais cliniques (JAMA, 2012) a montré qu’une supplémentation en oméga-3 à longue chaîne (EPA, DPA, DHA) ne reduit pas la mortalité globale, ni les décès cardiaques, ou encore les infarctus du myocarde ou les accidents vasculaires cérébraux.

Les principaux facteurs de risque connus pour le cancer de la prostate sont l’âge, la race et les facteurs génétiques.

Journal of the National Cancer Institute, 11 juillet 2013, Brasky et coll.

Dr VÉRONIQUE NGUYEN
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
20.07.2013 à 14h04

« Attention au titre : une corrélation n'est pas un lien ! »

Répondre
 
DOMINIQUE G Médecin ou Interne 18.07.2013 à 21h30

« Si c'est du saumon d'élevage, peut-être qu'il y a autre chose dedans, ce qui fait que l'étude pourrait être biaisée... »

Répondre
 
19.07.2013 à 20h43

« Tout à fait vraisemblable : consulter le site Anses sur les dernières recommandations consommation poisson et ce n'est pas le problème des Omega3 mais le PCB, le Methylmercure et la dioxine... Prof Lire la suite

Répondre
 
19.07.2013 à 09h15

« Je suis d'accord : le taux élevé d'oméga 3 de poissons pourrait être associé à un autre produit cancérigène lié lui aussi à la consommation de poisson (soit aliment d'élevage apportant une substance Lire la suite

Répondre
 
17.07.2013 à 19h58

« Manger trop de poisson donne le cancer de la prostate..
Manger trop de viande donne le cancer de la prostate...et du colon
Une seule solution le jeûne ! »

Répondre
 
17.07.2013 à 23h21

« ok pour le juste milieu, user et pas abuser »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Mise à jour des diplômes, nouveau statut, évaluation des compétencesRéforme de l'internat : ce qui va changer en 2017

med legale

Le décret très attendu engageant la réforme du 3 e cycle vient d'être publié au « Journal Officiel ». Comment seront formés les médecins de... 1

Pr Alain Fischer (immunologiste, AP-HP) : « La priorité absolue, c'est de protéger les plus vulnérables » Abonné

fischer

La Pr Alain Fischer, immunologiste et père de la thérapie des « bébés-bulle », a présidé le comité d'orientation de la concertation... Commenter

Dans les meetings et les médias, sur les réseaux sociauxLa santé s'immisce dans la course à l'Élysée Abonné

evenement

Trop technique, trop risqué, trop clivant : dans les campagnes présidentielles, le thème de la santé a toujours été escamoté, voire absent.... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter