Le CNPS presse le gouvernement d’agir contre la « provocation » de Pessoa

Le CNPS presse le gouvernement d’agir contre la « provocation » de Pessoa

12.07.2013
  • 1373623221447569_IMG_109010_HR.jpg

Le Centre national des professions de santé (CNPS, intersyndicale des libéraux) lance une nouvelle charge contre le centre universitaire Fernando Pessoa.

Il demande au gouvernement de faire preuve de « détermination » pour « mettre un terme aux provocations inacceptables » des dirigeants de cette structure et « leur imposer de se conformer aux nouvelles règles issues de la réforme Fioraso ».

Après l’ouverture en novembre 2012 d’une première antenne du centre Pessoa, à La Garde (Var), qui a accueilli 90 étudiants en odontologie et en orthophonie, une seconde doit ouvrir ses portes à Béziers à la prochaine rentrée universitaire.

Loi non rétroactive

La loi sur l’Enseignement supérieur définitivement adoptée mercredi par le Parlement prévoit désormais d’encadrer les nouveaux établissements privés dispensant des formations de santé. Ces derniers auront ainsi l’obligation de conclure une convention avec un établissement public de santé soumise à l’approbation des ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur. Or, les centres Pessoa de La Garde et de Béziers, déjà créés, ne seront pas concernés par la loi Fioraso, cette dernière n’étant pas rétroactive, comme l’a confirmé au « Quotidien » le ministère de l’Enseignement supérieur.

Le CNPS juge « particulièrement choquant de voir les responsables de cette structure se délecter avec ostentation dans la presse de leur odieux commerce des malheureux recalés de la PACES » et demande au gouvernement d’agir pour éviter de laisser s’instaurer un « contournement payant des numerus clausus en vigueur à l’entrée dans de nombreuses professions de santé ».

Le nouveau président du CNPS, Philippe Gaertner, a écrit aux ministres de la Santé et de l’Enseignement supérieur pour leur demander de faire preuve de « la plus grande fermeté ».

 CHRISTOPHE GATTUSO
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
13.07.2013 à 09h08

« Pourquoi faire un numerus clausus tout court ? »

Répondre
 
12.07.2013 à 21h13

« Le numerus clausus est en cause. On ne forme pas assez de médecins. On se plaint de déserts médicaux et on ne permet pas aux jeunes de devenir médecins en France. Dans les années 70 numerus clausus Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

C à 25 euros : les médecins de Romillé encourent 6 mois de non-prise en charge de leurs cotisations sociales

Romillé

Quatre médecins contestataires de Romillé (Ille-et-Vilaine), qui cotent le C à 25 euros depuis février 2016, ont été entendus hier... 25

Bilan des ECNi 2016 : moins de candidats, les jeunes ont cartonné, l'ophtalmo au top !

ecni

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), en partenariat avec le Centre national de gestion... 1

Les gastro-entérologues veulent sensibiliser les Français à la prévention des cancers digestifs

gastro

À l'occasion des Journées francophones d’hépatogastroentérologie et d’oncologie digestive (JFHOD), la Société nationale française de gastro-... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter