Télésurveillance : un boîtier pour les patients atteints d’insuffisance cardiaque

Télésurveillance : un boîtier pour les patients atteints d’insuffisance cardiaque

10.07.2013

Un boîtier de télésurveillance destiné aux patients atteints d’insuffisance cardiaque est en cours de développement à Nancy. Ce boîtier, mis en place par les médecins du Centre d’investigation clinique plurithématique Pierre Drouin, permettra de suivre le patient à domicile afin d’adapter rapidement le traitement après une première hospitalisation.

Un mauvais suivi de la maladie

L’insuffisance cardiaque reste la cause d’hospitalisation la plus fréquente chez les patients âgés de plus de 65 ans. Actuellement, près de 20 % des malades sont réhospitalisés au bout de trente jours. Plus d’un tiers des patients décèdent dans les 12 mois. L’objectif est donc d’améliorer l’espérance de vie des malades en adaptant au plus vite leur traitement médicamenteux. « Nous avons les moyens thérapeutiques de stabiliser l’état de santé des patients après leur sortie, mais le suivi est difficile en raison de la complexité du traitement et du manque de médecins », déplore Patrick Rossignol, co-créateur du dispositif. De plus, le nombre d’insuffisants cardiaques progresse en raison de l’augmentation des facteurs de risque comme l’hypertension, le diabète ou le vieillissement de la population.

Mise en place du dispositif

Le boîtier, installé au domicile du patient, permettra d’analyser plusieurs marqueurs cardiaques et rénaux à partir d’une goutte de sang prélevée sur le doigt du patient. Les données seront transférées vers un centre de télésurveillance qui alertera le médecin traitant si besoin.

Les premiers prototypes sont attendus pour la fin 2013 et une première étude suivra afin d’obtenir le marquage CE. Une seconde étude sera mise en place en 2014. « Nous ajouterons des données socio-économiques dans notre seconde étude afin de mesurer les économies faites grâce à ce système », explique Patrick Rossignol. Actuellement, le coût socio-économique de la prise en charge de la maladie est estimé à près de 1,5 milliard d’euros par an en France.

Le projet a déjà obtenu un financement de 1,9 million d’euros apportés par la Région lorraine, en partenariat avec l’Union européenne via le FEDER (Fond européen de développement régional). Ils couvriront le développement du boîtier et la recherche clinique pour les trois ans à venir.

VIRGINIE MONTMARTIN
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Poursuivis par la députée Catherine Lemorton, trois médecins se défendent de l'avoir diffamée

lemorton

Les Drs Philippe Cuq et Xavier Gouyou-Beauchamps, responsables de l'Union des chirurgiens de France (UCDF), et Jérôme Marty, président de... 9

Essure : le comité d'experts estime qu'il n'est pas nécessaire de modifier la réglementation

essure

Les 8 experts réunis par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé a conclu que « les données de la... Commenter

Tiers payant, tarifs : la CSMF accuse la caisse d'Ille-et-Vilaine d'« acharnement »

tiers

Un harcèlement administratif peut en cacher un autre. Après le bras de fer entre des généralistes de Romillé (Ille-et-Vilaine) et leur... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter