Hôtel-Dieu : l’affaire Kierzek prend un tour politique

Hôtel-Dieu : l’affaire Kierzek prend un tour politique

10.07.2013
  • Kierzek

L’AP-HP emploie 100 000 personnes, mais, depuis trois jours, il n’est plus question que de lui. Le Dr Gérald Kierzek, urgentiste à l’Hôtel-Dieu, a reçu une cascade de soutiens depuis son éviction à la tête du SMUR. Faut-il parler d’affaire Kierzek ? La situation prend assurément un tour politique, pour que la direction générale de l’AP-HP se soit fendue d’un communiqué sur le sujet. Ce texte engage également le président de la CME, le Pr Loïc Capron, et qui renvoie la sanction prononcée contre le Dr Kierzek à un échelon... local. « L’affectation d’un médecin incombe au chef de service », rappelle ainsi le siège de l’AP-HP.

À l’unisson, Mireille Faugère, la patronne de l’AP-HP, et le Pr Capron, chef de file de la communauté médicale, soulignent que la sanction « relève pleinement du chef de service ». Le sous-entendu est clair : surtout, ne pas y voir de lien avec les critiques répétées du Dr Kierzek à l’encontre de la fermeture des urgences et du projet de nouvel Hôtel-Dieu porté par le siège du CHU. Le chef de service en question s’exprime de son côté pour souligner le caractère temporaire de sa décision. Une décision qu’il qualifie de « purement organisationnelle ».

Devoir d’alerte

Trop tard, la machine s’est emballée, et les communiqués syndicaux pleuvent depuis trois jours, qui dénoncent une tentative de muselage et d’intimidation au sein de l’AP-HP. Le Mouvement de défense de l’hôpital public monte à son tour au créneau, et rappelle qu’il est du devoir d’un médecin hospitalier « d’alerter les autorités et d’informer l’opinion publique s’il estime que des décisions font courir des risques à des patients ». Une réaction notamment signée par le Dr Anne Gervais, membre de la Commission médicale d’établissement de l’AP-HP. Preuve que la CME elle-même ne campe pas une position unanime.

D. CH.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
11.07.2013 à 06h49

« Tous les médecins (et les malades) doivent soutenir le Dr Kierzek, qui subit de plein fouet la double tyrannie qui mine les hôpitaux français : 1- l'administration et 2- les chefs de service. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Docétaxel : 48 décès en 20 ans selon l'enquête de pharmacovigilance

docetaxel

Les résultats consolidés de l'enquête nationale de pharmacovigilance diligentée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des... 1

L'ordonnance très libérale de la patronne de l'iFRAP pour « sauver la santé »

Agnès Verdier-Molinié

Agnès Verdier-Molinié ne manque pas d'idées. La directrice de la Fondation iFRAP, think tank libéral qui étudie l’efficacité des politiques... 15

Des médecins de Pau pétitionnent contre les pénalités visant les patients « hors parcours »

petition

« Nous demandons un moratoire pour stopper les sanctions financières dont sont victimes les patients ne trouvant pas de médecin traitant. »... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter