Plus que la taille, la croissance est en cause dans les ruptures d’anévrismes cérébraux

Plus que la taille, la croissance est en cause dans les ruptures d’anévrismes cérébraux

04.07.2013
  • 1372950730446017_IMG_108487_HR.jpg

Un anévrisme cérébral qui augmente de volume est 12 fois plus à risque de se rompre, même s’il n’est pas plus gros qu’un petit pois. Ce constat fait par des chercheurs de l’UCLA va à l’encontre de la recommandation actuelle stipulant que la petite taille exposerait à un faible risque de rupture. « Jusqu’à maintenant, nous croyions que les gros anévrismes exposaient au risque le plus élevé de rupture et que les plus petits n’avaient pas besoin d’être surveillés, explique l’auteur principal, le neuroradiologue Pablo Villablanca. Nos résultats montrent que ce n’est pas le cas et clarifient des facteurs de risque de rupture valables pour les anévrismes de toute taille. » Une surveillance accrue et un traitement précoce s’avèrent nécessaires pour les anévrismes en expansion, y compris les plus petits.

Des angioscanners réguliers

L’équipe californienne a étudié l’imagerie vasculaire de 165 patients présentant 258 anévrismes asymptomatiques à l’aide d’un angioscanner réalisé tous les 6 mois. Un agrandissement vasculaire a été constaté chez 38 patients pour 46 anévrismes, soit près de 18 % de l’ensemble des dilatations artérielles. Trois de ces anévrismes se sont rompus ; tous étaient de taille inférieure à 7 mm lors du recrutement. « Notre étude souligne que la taille en soi n’est pas aussi importante que précédemment admis, estime le Dr Villablanca. Tout anévrisme est capable de croître et nécessite un suivi d’imagerie. »

L’influence du tabac

Dans une analyse secondaire, les chercheurs rapportent que le tabagisme et la grande taille initiale sont des facteurs prédictifs indépendants de la croissance anévrismale. Ces facteurs de risque combinés étaient associés à plus de 80 % de la croissance anévrismale dans l’étude. « Les patients fumeurs ayant des anévrismes en croissance ont besoin d’un traitement plus précoce, tels que la neurochirurgie ou les coils endovasculaires », souligne le Dr Villablanca. En cas de rupture d’anévrisme, 40 % des patients décèdent en préhospitalier et un autre tiers dans les 30 premiers jours après l’accident vasculaire. Dans la majorité des cas, il persiste des séquelles cérébrales et un handicap physique à des degrés variables.

Radiology, publié le 2 juillet 2013

 Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Accès aux soins : l'Ordre inventorie « les solutions qui marchent » Abonné

maison de santé

Maisons ou pôles de santé, terrains de stage libéraux, groupements de coopération sanitaire attractifs, initiatives en tout genre : nos... 4

Santé, assurance-maladie : Fillon ripoline son projet, ce qu'il faut retenir

fillon

Après le remède de cheval, la méthode douce ? Accusé par ses adversaires de vouloir privatiser la Sécurité sociale, François Fillon a... Commenter

À la faculté de médecine Saint-Antoine, des vidéos pour sensibiliser les futurs médecins à l'empathie

saint antoine

Mettre en scène les consultations chez un généraliste pour sensibiliser les futurs praticiens à la relation médecin-patient, c'est... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter