L’air de Paris est moins pollué qu’il y a 10 ans mais..

L’air de Paris est moins pollué qu’il y a 10 ans mais..

04.07.2013
  • 1372951093446020_IMG_108485_HR.jpg

La qualité de l’air en Ile-de-France s’est améliorée entre 2002 et 2012 même si les niveaux de pollution restent au-dessus des normes annuelles, selon l’enquête demandée par la mairie de Paris à Airparif. L’amélioration concerne surtout le taux de deux polluants atmosphériques, le dioxyde d’azote et les particules. Pour le dioxyde d’azote, elle est visible dans les milieux à forte teneur, ce qui indique une baisse de l’intensité de la pollution. En 2002, 80 % des Parisiens étaient soumis à un air dont la quantité de dioxyde d’azote était supérieure à la réglementation alors qu’en 2012, ils ne sont plus que 45 %. Pour les particules, 78 % des Parisiens ne sont plus exposés à un dépassement des normes annuelles alors qu’ils l’étaient en 2002. La baisse de ces polluants est due aux actions menées aux niveaux national et européen sur les sources de pollution : trafic, chauffage et industrie. Elle s’explique ainsi par la diminution générale du trafic (- 15 % à - 20 %) et une réduction de la vitesse de 2 km/h (19 km/h à 17 km/h) dans Paris intra muros.

La diésélisation a contrebalancé l’amélioration

Des progrès restent à faire. En effet, l’étude montre que 22 % (pour les particules ) et 97 % (pour le dioxyde d’azote) des Parisiens vivent toujours dans un milieu au-dessus des normes annuelles. La baisse des polluants a surtout été forte entre 2002 et 2007 mais s’est stabilisée depuis. De plus, les normes françaises sont une fois et demie supérieures aux recommandations de l’OMS. La modernisation du parc roulant a permis une chute de l’émission des particules mais pas du dioxyde d’azote qui n’est pas compris dans les normes d’émissions. La diésélisation a aussi contrebalancé l’amélioration puisque les véhicules Diesel rejettent plus de dioxyde d’azote que les véhicules essence. Ils sont aussi plus nombreux dans la capitale, passant de 41 % des kilomètres parcourus dans Paris en 2002 à 63 % en 2012. Ces deux polluants restent donc problématiques pour 2 à 4 millions d’habitants chaque année.

Tout comme le dioxyde de carbone (gaz à effet de serre) qui a aussi baissé du fait de la modernisation des véhicules et des aménagements de voirie, mais dans une moindre mesure. Là aussi, la multiplication des véhicules Diesel a contrebalancé la diminution initiale.

 VIRGINIE MONTMARTIN
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pollution de l'air : la DGS appelle à la vigilance pour les plus vulnérables

alternee

Alors que l'épisode de pollution de l'air aux particules fines PM10 s'étend sur l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Normandie, le... Commenter

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes-1

Le comité des internes de Reims Champagne-Ardenne (CIRC) et le CHU de Reims organisent depuis deux ans une journée pour accueillir les... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter