Stress post-traumatique et dépression chez des soldats canadiens déployés en Afghanistan

Stress post-traumatique et dépression chez des soldats canadiens déployés en Afghanistan

03.07.2013
  • 1372869434445877_IMG_108445_HR.jpg

Quelque 13,5 % de soldats canadiens en mission en Afghanistan entre 2001 et 2008 souffrent de troubles mentaux, selon une étude publiée dans le Journal de l’Association médicale canadienne.

Les chercheurs David Boulos et Mark A. Zamorski, de la direction des services de santé mentale des forces canadiennes, (Ottawa, Ontario), ont d’abord établi la liste des 30 513 personnels militaires envoyés en Afghanistan entre le 1er octobre 2001 et le 31 décembre 2008. En ressortaient principalement des troubles mentaux associés, selon le médecin militaire, au déploiement sur ce théâtre extérieur. Les chercheurs ont ensuite extrait les dossiers d’un échantillon de 2 014 militaires, majoritairement des hommes âgés de moins de 40 ans, représentatifs de cette population. Ces soldats ont été en moyenne suivis pendant 1 364 jours. Parmi eux, 13,5 % souffrent de troubles mentaux liés à l’Afghanistan, notamment du syndrome de stress post-traumatique (pour 8 % de ces 13,5 %) et de dépressions (6,3 %).

Par ailleurs, 5,5 % des militaires suivis sont atteints de troubles mentaux non liés à l’Afghanistan.

Des risques variables selon l’exposition au danger

Les chercheurs ont souhaité déterminer les facteurs de risques. La propension à développer un trouble psychique est plus élevée pour les militaires dépêchés dans les endroits les plus dangereux. Ainsi les militaires stationnés à Kandahar (au sud) sont six fois plus vulnérables que leurs camarades basés aux Émirats arabes unis ou dans le Golfe, et deux fois plus par rapport à ceux mobilisés à Kaboul.

Les risques de souffrir d’un trouble mental sont plus importants chez les non-gradés et les soldats des forces terrestres, que dans les forces aérienne et navale.

Le sexe, le statut du soldat, le nombre de missions effectuées et leur durée, ne sont pas des facteurs indépendants.

Les chercheurs appellent à étudier désormais les conséquences à long terme de l’envoi des militaires en Afghanistan.

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
08.07.2013 à 16h02

« Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) est une source de souffrance qu'il nous est difficile à imaginer, suicide, divorce, alcoolisme, drogue, etc. Le Dr Norman Rosenthal (connu pour avoir le Lire la suite

Répondre
 
03.07.2013 à 21h02

« Et dire que la communauté va payer la facture pour ce séjour "touristique"! Au nom de la démon crassie. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

La CNAM généralise une plateforme pour lutter contre le renoncement aux soins

revel

Nicolas Revel, directeur général de la caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) a annoncé ce mardi la généralisation à l'ensemble du... 2

Un chirurgien de l'hôpital de Roubaix soupçonné de violences envers des patients et personnels

roubaix

Le conseil départemental de l'Ordre des médecins (CDOM) du Nord a ouvert une enquête hier, lundi, sur un chirurgien de l'hôpital Victor... 1

Des élus bourguignons manifestent pour l'ouverture d'une première année de médecine à Nevers

Une vingtaine d'élus de la Nièvre (Bourgogne-Franche-Comté), dont le président PS du département, Patrice Joly, se sont rassemblés lundi à... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter