L’effet « Angelina Jolie » aux États-Unis, l’actrice envisage aussi une ovariectomie préventive

L’effet « Angelina Jolie » aux États-Unis, l’actrice envisage aussi une ovariectomie préventive

10.06.2013
  • 1370871136439784_IMG_106762_HR.jpg

Angelina Jolie ne regrette nullement d’avoir rendu public sa décision de subir une double mastectomie préventive pour minimiser son risque très élevé de cancer du sein.

« Je suis très heureuse de voir comment s’est développé le dialogue sur la question de la santé des femmes, cela représente beaucoup pour moi » , a-t-elle déclaré, hier, dimanche 2 juin, tandis qu’elle apparaissait au côté de Brad Pitt à Londres, pour la première mondiale du film « World War Z » dans lequel joue l’acteur.

La star a annoncé dans la foulée qu’elle envisageait maintenant une autre intervention chirurgicale, une ablation des ovaires.

C’était sa première déclaration publique depuis sa lettre ouverte publiée dans le New York Times le 14 mai dernier, dans laquelle l’actrice expliquait son choix de subir une mastectomie bilatérale motivée par le dépistage génétique après que le décès de sa mère par cancer de l’ovaire à l’âge de 56 ans, lui a appris qu’elle était porteuse de la mutation du gène BRCA1.

Le même jour, le Dr Kristi Funk, qui a supervisé la procédure de mastectomie au Pink Lotus Breast Cancer de Los Angeles, décrivait sur le site internet du centre les principales étapes du traitement d’Angelina Jolie et son évolution.

En partageant son histoire, l’actrice hollywoodienne souhaitait ainsi encourager chaque femme, en particulier celles qui ont une histoire familiale de cancer du sein ou de l’ovaire, de rechercher l’information et de consulter les experts… afin de faire un choix éclairé.

Une augmentation notable des demandes de dépistage

En révélant sa décision médical au monde, les experts reconnaissent que la star a sensibilisé immédiatement l’opinion publique sur le test génétique et les procédures préventives, souligne un article d’ABC News, le 4 juin.

Ainsi, le Dr Michael Cowher, chirurgien oncologue du sein de la Cleveland Clinic, a perçu une augmentation notable de la demande des patientes pour le dépistage BRCA. Ceci est confirmé par le Dr Laura Corio, une gynécologue obstétricienne de l’hôpital Mount Sinaï de New York. « Nous offrons le test génétique depuis quelques temps mais maintenant les patientes le demandent plus souvent et lorsqu’elles le font, elles semblent être plus informées sur leurs options », dit-elle.

Mais, tandis que les experts conviennent généralement qu’Angelina Jolie s’est comportée de manière admirable et a fourni de précieuses informations au public, ils s’inquiètent des effets négatifs de ses révélations, poursuit l’article d’ABC News.

Les chirurgiens précisent les alternatives thérapeutiques en cas de mutation avérée

« Il n’est pas nécessaire de tester toutes les femmes, et les femmes trouvées porteuses d’une mutation du gène BRCA ne doivent pas toutes avoir une mastectomie. Je crains que cela n’ait pas été compris par toutes celles qui ont lu sa lettre », déclare le Dr Otis Brawley de l’American Caner Society.

Selon lui, seules les femmes ayant une histoire familiale importante de cancer du sein ou de l’ovaire, avec des membres familiaux proches touchés à un jeune âge, sont de bonnes candidates pour le test génétique. « Les femmes intéressées doivent parler à un conseiller génétique », recommande-t-il. « Et si elles testent positif pour une mutation dangereuse, elle peuvent soupeser les risques de la chirurgie par rapport à d’autres alternatives préventives possibles telles qu’un dépistage plus intensif ou le traitement médical. La mastectomie n’est pas la seule option et ca n’est certainement pas la bonne option pour tout le monde », assure-t-il.

« Les femmes porteuses de mutations BRCA peuvent choisir entre plusieurs options pour minimiser leur risque », a rappelé le Dr Kathie-Ann Joseph, chirurgienne oncologue au Centre Medical Langone de NYU dans la revue New Yorkaise « Well and Good NYC » et relayé le 5 juin dans un article récent du journal Examiner.

« L’une est de retirer les seins et les ovaires, comme Angelina. Les autres options comprennent le dépistage intensif par mammographies, échographies, et IRMs, des chimiothérapies préventives, et des modifications du mode de vie ». « Je suis sûre qu’Angelina a pris beaucoup de temps pour prendre ces décisions, et c’est ce que je dis de faire à mes patients ».

Dr VÉRONIQUE NGUYEN, correspondante aux États -Unis
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le programme santé de Fillon trouble (aussi) Les Républicains

Fillon

Y a-t-il quelque chose qui cloche dans le programme santé de François Fillon ? Ses très proches jurent que non mais, au sein des... 6

Bisphénol A, PCB... les femmes enceintes très exposées en France

femme enceinte exposition perturbateur endocrinien

Plus de 70 % de taux d'exposition au bisphénol A, 99,6 % d'exposition à au moins un phtalate, 100 % d'exposition aux pyréthrinoïdes... les... Commenter

Touraine veut-elle imposer un proche à la direction de Gustave-Roussy ?

Touraine veut-elle imposer un proche à la direction de Gustave-Roussy ?-1

Un membre du cabinet de la ministre de la santé Marisol Touraine est pressenti au poste de directeur général adjoint du prestigieux centre... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter