L’efficacité d’une utilisation généralisée de savons bactéricides contre les staph résistants

L’efficacité d’une utilisation généralisée de savons bactéricides contre les staph résistants

31.05.2013
  • 1370008471437188_IMG_106189_HR.jpg

Une grande étude sur les stratégies de décontamination des SAMR (staphylocoques dorés méthicilline résistants) dans les USI est publiée dans le « New England Journal of Medicine ». Menée dans des USI américaines à l’initiative du CDC, elle montre que la stratégie gagnante est aussi la plus simple.

L’étude REDUCE MRSA, selon l’auteur principal (Susan Huang), « apporte une réponse à un débat qui existe depuis longtemps. » Pour réduire les infections dues à des pathogènes spécifiques, tels que le SAMR, devons-nous mettre au point des stratégies ciblées en identifiant les patients à haut risque ? Telle est la question posée.

L’étude répond : « Une stratégie de décolonisation universelle est celle qui se révèle non seulement la plus efficace pour lutter contre ces pathogènes, mais aussi la plus simple à mettre en œuvre. Il n’y a plus de besoin de dépister les patients infectés par les SAMR dans les USI. » L’étude a été menée dans 74 USI d’adultes aux États-Unis, chez 74 256 patients. Les chercheurs ont évalué et comparé l’efficacité de trois types de pratiques à visée préventive des SAMR : les soins de routine ; l’utilisation de savons et de pommades germicides aux patients ayant des SAMR ; et la même chose, mais chez tous les patients de l’USI. La troisième stratégie se révèle de loin la plus efficace.

« L’utilisation des savons germicides et de pommades désinfectantes réduit la présence des SAMR en USI. Et de plus, cette pratique est susceptible de réduire de 44 % les septicémies causées par d’autres germes », soulignent les auteurs. Dans les USI, les trois quarts des staphylocoques dorés sont résistants à la méthicilline, rappellent les auteurs américains.

En 2012, un rapport encourageant du CDC avait montré que les SAMR invasifs qui menacent le pronostic vital ont décliné de 48 % entre 2005 et 2010.

New England Journal of Medicine, 29 mai 2013.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
01.06.2013 à 10h59

« On m'a toujours dit qu'il fallait se laver les mains avant d'effectuer quelque chose il n'y a rien de changé ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L’Allemagne autorise la prescription et le remboursement du cannabis à des fins médicales

cannabis

Les députés allemands ont donné leur feu vert, ce jeudi, à la prescription médicale du cannabis, mais aussi à sa délivrance en pharmacie et... Commenter

L'équipe santé de Fillon consulte les médecins et promet de supprimer le TPG obligatoire

Fillon

François Fillon prend activement le pouls de la profession. Son équipe santé a rencontré les 18 et 19 janvier les leaders des principaux... Commenter

Primaire à gauche : le comparatif des programmes

Primaire à gauche : le comparatif des programmes-0

Liberté d'installation, secteur II, déserts médicaux, santé publique, politique hospitalière...  « Le Quotidien » a décortiqué les... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter