Restes à charge et dépassements : un « observatoire citoyen » met les médecins en rogne

Restes à charge et dépassements : un « observatoire citoyen » met les médecins en rogne

27.05.2013
  • 1369671711436027_IMG_105821_HR.jpg

Le Collectif interassociatif sur la santé (CISS, usagers), le magazine 60 millions de consommateurs et la société spécialiste du risque santé Santéclair ont annoncé la création d’un « observatoire citoyen », ce lundi 27 mai. Son objectif est de suivre l’évolution du reste à charge des patients (tarifs, dépassements d’honoraires, franchises...)

« Le reste à charge augmente tous les ans au fur et à mesure des nouvelles mesures, affirme Claude Rambaud, présidente du CISS. Les renoncements et reports de soins sont de plus en plus importants. »

En 2012, les Français ont versé 40 milliards d’euros aux professionnels de santé libéraux, toutes professions confondues. Sur ce total, 13 milliards d’euros sont restés à la charge des patients ou de leur assurance complémentaire dont 7 milliards d’euros sont imputables aux dépassements. La plus grande part de ces compléments d’honoraires (près de 83 %) est réalisée par les dentistes.

Plus de 2 milliards d’euros de dépassements des spécialistes

L’Observatoire, qui dispose des statistiques de l’Institut des données de santé (IDS) dont le CISS est membre, s’est penché spécifiquement sur les dépassements d’honoraires des médecins spécialistes. Ces derniers ont grimpé de 9 % en deux ans pour s’élever à 2,158 milliards d’euros en 2012.

« Dans quatre spécialités, la chirurgie, la gynécologie-obstétrique, l’ophtalmologie et l’ORL, le secteur II est devenu majoritaire, et il existe de véritables zones noires du reste à charge en Ile-de-France et en Rhône-Alpes », affirme Thomas Laurenceau, rédacteur en chef de 60 millions de consommateurs.

Selon les données extraites de l’IDS, un patient devra débourser, pour chaque acte, en moyenne 15,90 euros au-dessus du tarif Sécu pour consulter un médecin spécialiste, toutes disciplines et secteurs confondus. Ce tarif oscille de 8,20 euros en Moselle à 37,70 euros à Paris.

« C’est la première fois que des données de santé hébergées par l’Institut des données de santé ne vont pas être réservées à quelques happy few », commente Frédérick Cosnard, directeur médical de Santéclair, associé à la création de cet observatoire.

restesacharge_0.png

Niveau du montant moyen du reste à charge par acte dans chaque département, tous actes confondus et toutes spécialités médicales confondues (hors médecine générale).

Les médecins crient à l’amalgame

Cet observatoire citoyen est perçu comme un « tribunal inquisitorial » par la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), qui dénonce des « amalgames » et des tentatives de « désinformation ». Le syndicat dit n’être « pas dupe des liens d’intérêts évidents qui conduisent des complémentaires santé comme Santéclair à s’unir au CISS pour bénéficier des données de santé de l’assurance-maladie auxquelles cette association a accès ».

La CSMF demande au CISS de choisir entre sa participation à l’observatoire conventionnel et cet observatoire privé. La FMF regrette pour sa part une campagne « démagogique et nauséabonde ».

« Marisol Touraine récolte ce qu’elle a semé avec la médiatisation des dépassements d’honoraires », estime son président, le Dr Jean-Paul Hamon.

 CHRISTOPHE GATTUSO
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 21 Commentaires
 
07.07.2013 à 21h46

« Voilà bien des réactions de médecins "libéraux" ! Supprimons donc la sécu (votre employeur) et nous verrons ! »

Répondre
 
29.05.2013 à 13h42

« Elle a bon dos la citoyenneté ; en tout cas, 60 millions de consommateurs se révèle une fois de plus une revue poubelle et partisane, que les conflits d'intérêt n'étouffent pas : leur "étude" a été Lire la suite

Répondre
 
29.05.2013 à 07h28

« Dommage que cet ''observatoire'' n'ait pas fait de magnifiques courbes pour montrer l'évolution des tarifs sécu depuis 30 ans ,
( avec petit rappel sur l'indice de la hausse des prix ) , une petit Lire la suite

Répondre
 
29.05.2013 à 04h11

« À cause de baisse de tarifs prévues par l'avenant 8 nous avons licencié une de nos quatre secrétaires, dans un cabinet de radiologie secteur 1 en clinique, nous avons choisi un scanner 16 barrettes Lire la suite

Répondre
 
28.05.2013 à 12h18

« Eh bien changeons de paradigme : Honoraires libres pour tous, élévation du seuil de la CMU pour inclure plus de "nécessiteux" (par exemple jusqu'à un revenu imposable de 1000 euros). Avec cela les Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 8

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter