Rembourser les soins de ville en fonction des revenus : les réserves du président de la CNAM

Rembourser les soins de ville en fonction des revenus : les réserves du président de la CNAM

24.05.2013
  • 1369400651435251_IMG_105678_HR.jpg

Michel Régereau, président CFDT de la CNAMTS et de l’UNCAM, accueille défavorablement la proposition phare de l’étude récemment publiée par deux économistes consistant à rembourser les soins de ville en fonction des revenus, par la fixation de franchises annuelles. « Cette étude remet en cause le sens même de la solidarité nationale où chacun "cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins", juge Michel Régereau. Ce principe fondateur permet que les bien-portants participent à la prise en charge des plus malades, notamment à 100% via le dispositif des ALD. Le mode de cotisations proportionnelles aux revenus assure également un effet distributif. »

Pour le président de la CNAM, ce système de franchises individuelles serait inégalitaire. « L’instauration de franchises à hauteur de 100 ou 350 euros, par personne protégée, se traduirait, de fait, par le non-remboursement total d’une partie de la population, souligne-t-il dans un communiqué. C’est sans rappeler que la France responsabilise déjà les patients via un ticket modérateur et des forfaits non négligeables, dont les effets ont dû être corrigés à plusieurs reprises, notamment par le développement de la CMU-C et de l’ACS, car ils pénalisaient l’accès aux soins des plus faibles. »

Michel Régereau s’inquiète enfin des dommages collatéraux d’un tel dispositif sur l’organisation même de notre système d’assurance-maladie. « Cette réforme pourrait, à terme, aboutir à la création d’un système à l’américaine de type "Medicare et Medicaid" : un système pour les plus malades d’un côté et, de l’autre, un système pour les plus pauvres, laissant les autres à l’initiative individuelle. En outre, la modulation du remboursement, selon le revenu, a conduit certains pays à autoriser les plus aisés à sortir du système et, par conséquent, à mettre fin à toute solidarité entre les plus riches et les plus pauvres. »

Le président de la CNAM préfère mettre l’accent sur la maîtrise médicalisée des dépenses de santé, « laquelle connaît un vrai succès ».

 C.D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 12 Commentaires
 
29.05.2013 à 15h42

« Il faudrait travailler au noir et faire semblant d'être pauvre pour être au final riche, discrètement. »

Répondre
 
27.05.2013 à 09h00

« Tu seras RMiste, mon fils ! »

Répondre
 
27.05.2013 à 19h13

« Les miens ont choisi sur mon conseil un autre métier ! et ma fille, la plus entêtée, a prudemment choisi médecine du travail, Dieu soit loué ! et tant pis pour l'avenir d'un soin qui n'a de libéral Lire la suite

Répondre
 
26.05.2013 à 13h48

« Pour faire des économies, bien des solutions existent. A commencer par promouvoir les guides de bonne pratique concernant l'imagerie pour arrêter de sur-prescrire des examens complémentaires inutile Lire la suite

Répondre
 
26.05.2013 à 11h01

« Ces 2 économistes sont des [Modération de la rédaction. Restons courtois SVP]; pour les indigents en France il y a tout de même la CMU ! »

Répondre
 
26.05.2013 à 08h30

« A quand un bulletin de vote proportionnel aux revenus ?... »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cellules, ADN, exosomes, des indices dans le sang à exploiterComment le matériel tumoral circulant peut révolutionner le cancer Abonné

cancer

La détection du matériel tumoral circulant ouvre de nouvelles perspectives pour une meilleure prise en charge des cancers, plus précoce,... Commenter

Bilan des ECNi 2016 : moins de candidats, les jeunes ont cartonné, l'ophtalmo au top !

ecni

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), en partenariat avec le Centre national de gestion... 1

Un conflit médical dégénère et jette le discrédit sur un service de dermatologieAccusations publiques, harcèlement : le CHU de Besançon dans la tourmente Abonné

besancon

Ancien chef de service de dermatologie au CHU de Besançon, le Pr Philippe Humbert a dénoncé des maltraitances présumées envers d'anciens... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter