Procès PIP : 4 ans de prison ferme requis contre Jean-Claude Mas

Procès PIP : 4 ans de prison ferme requis contre Jean-Claude Mas

14.05.2013

Une peine de quatre ans de prison ferme a été requise mardi à l’encontre de Jean-Claude Mas, le fondateur de l’entreprise varoise PIP, jugé dans l’affaire des implants mammaires frauduleux devant le tribunal correctionnel de Marseille.

Le procureur de la République Jacques Dallest a aussi réclamé une amende de 100 000 euros et une interdiction définitive d’exercer dans le secteur médical ou sanitaire, ainsi que de gérer une entreprise. M. Mas encourait cinq ans de prison.

Le procureur a réclamé pour les quatre autres prévenus, d’anciens cadres de PIP jugés comme M. Mas pour tromperie aggravée et escroquerie, des peines de six mois à deux ans de prison ferme. A l’encontre de Claude Couty, l’ancien directeur général puis président du directoire de PIP, il a requis quatre ans de prison dont deux avec sursis, assortis de 50.000 euros d’amende et de la même interdiction d’exercer que M. Mas.

« Chez PIP, le bénéfice est pour PIP, le risque pour le patient »

Pour Hannelore Font, l’ancienne directrice de la qualité, il a réclamé trois ans de prison dont un avec sursis.Une peine de trois ans d’emprisonnement, dont 18 mois avec sursis, a été requise à l’encontre de Loïc Gossart, l’ancien directeur de la production.

Le représentant du parquet a enfin réclamé deux ans de prison, dont 18 mois avec sursis, à l’encontre de l’ancien responsable de la R&D Thierry Brinon. Mme Font, M. Brinon et M. Gossart étaient poursuivis comme complices. Le ministère public a requis également à leur encontre une interdiction définitive d’exercer dans le secteur médical ou sanitaire.

Lors de son réquisitoire, le vice-procureur, Ludovic Leclerc, a fustigé l’« indécence » de certains prévenus qui « qui avaient le pouvoir de dire non » quoi qu’ils en disent. « Le bénéfice sur risque, c’est s’assurer que le bénéfice est supérieur au risque. Chez PIP , le bénéfice est pour PIP, le risque pour le patient », a-t-il asséné.

Comment le secret sur le gel de silicone maison a-t-il tenu pendant dix ans ? La « lâcheté », certainement, « des menaces », sûrement, « une part de schizophrénie » peut-être, a avancé Ludovic Leclerc. « PIP , c’est un peu l’image de ce chauffeur qui franchit un feu rouge en centre-ville et après advienne que pourra pour ceux qui croiseront sa route. »

Le procès, entamé le 17 avril, se poursuit jusqu’à vendredi avec les plaidoiries de la défense.

Avec AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les dépassements rétablis à l'hôpital, une « insulte à la démocratie » selon les usagers

depassement

Le Collectif interassociatif sur la santé (CISS, usagers) s'offusque de la récente ordonnance rétablissant officiellement les dépassements... 9

Les consultations avancées de médecine générale par les hôpitaux ulcèrent la FMF

fmf

L'organisation par certains hôpitaux de consultations de médecine générale hors les murs de l'établissement, comme à Maubeuge (Nord), fait... 3

Gare au risque cardiovasculaire pendant la vague de froid, prévient la Fédération française de cardiologie

froid

Alors que la vague de froid s'étend ce mercredi à la quasi-totalité de la France, les appels à la vigilance se multiplient. La Fédération... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter