Épidémie de dengue en Guyane : une équipe de l’ÉPRUS part ce mardi en renfort

Épidémie de dengue en Guyane : une équipe de l’ÉPRUS part ce mardi en renfort

14.05.2013
  • 1368537514432407_IMG_104966_HR.jpg

La ministre de la Santé Marisol Touraine a décidé de mobiliser une équipe de réservistes sanitaires de l’ÉPRUS (Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires) en Guyane, département qui doit faire face à une épidémie depuis le mois de septembre.

« Nous sommes confrontés à une épidémie particulièrement grave, par sa longueur, depuis plusieurs mois et qui est caractérisée par 10 000 cas cliniques évocateurs, 3 000 cas biologiquement confirmés, 450 cas hospitalisés et 5 décès », a relevé Marisol Touraine lors d’une réunion avec les volontaires de l’EPRUS au ministère avant leur départ pour la Guyane ce mardi. Deux médecins dont un pédiatre, six infirmiers dont une puéricultrice et un cadre de santé vont « renforcer les services des urgences et de pédiatrie de l’hôpital Andrée Rosemon de Cayenne » et soutenir les équipes locales. La durée prévue de la mission est de 15 jours.

Quatrième mission depuis mars

La ministre a rappelé que « trois missions premières missions de la réserve sanitaire de l’ÉPRUS ont déjà eu lieu en Guyane en mars et en avril dernier » au moment du pic de l’épidémie.

Depuis le début du mois de mai, les services d’urgences et de pédiatrie du centre hospitalier de Cayenne sont de nouveau confrontés à une recrudescence de fréquentation (200 passages quotidiens aux urgences contre 120 habituellement). La ministre a évoqué « la fatigue » des équipes soignantes sur place en raison de la longueur de cette épidémie.

La Guyane s’est doté en 2010 d’un programme de surveillance d’alerte et de gestion des épidémies de dengue (PSAGE dengue). Actuellement l’ensemble du département est en phase épidémique (phase 4). Trois sérotypes (DENV-2, DENV-3 et DENV-4) cocirculent avec une prédominance du DENV-2 (92 %). Les autorités sanitaires continuent à diffuser des messages de prévention (protection contre les piqûres de moustiques suppression des gîtes larvaires). Les médecins du département sont mobilisés.

Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 1

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter