Selon le cerveau, la musique est une récompense

Selon le cerveau, la musique est une récompense

26.04.2013
  • 1366983676429048_IMG_104168_HR.jpg

Lorsque charmés à la première écoute d’un morceau de musique, nous décidons de l’acheter, que se passe-t-il dans notre cerveau ? Des neurologues de l’Université de McGill (Montréal) ont documenté la question avec une étude à l’aide de l’IRM fonctionnelle (IRMf). Ils découvrent une activité cérébrale spécifique mêlant des circuits anciens à d’autres récents, spécifiques des humains.

Valorie Salimpoor a fait écouter à des volontaires 60 morceaux de musique qu’ils ne connaissaient pas, tout en leur faisant passer une IRMf. Cela révèle une activité dans le nucleus accumbens, « un centre où se forment les attentes gratifiantes. » Et même, on s’aperçoit que l’activité dans le nucleus accumbens prédit de façon fiable si la personne va acheter le morceau entendu ou non.

La deuxième observation importante est que le nucleus accumbens travaille de concert avec le cortex auditif, l’aire cérébrale de stockage des informations sur les sons et la musique. « Plus un morceau est reconnu comme gratifiant, plus les interactivités entre ces régions sont importantes », observent les auteurs.

En d’autres termes, poursuivent-ils, le cerveau assigne une valeur à la musique via des interactions entre un circuit dopaminergique ancien, mis en jeu dans des comportements de renforcement indispensables à la survie (l’alimentation, la sexualité), et des régions parmi les plus évoluées du cerveau, impliquées dans les processus cognitifs avancés, et qui ne sont présentes que chez les humains. Chaque individu a un cortex auditif modelé selon ses propres critères, au fil de ce qu’il écoute. D’ailleurs, tout le monde n’aime pas les mêmes morceaux de musique. Les interactions entre le nucleus accumbens et le cortex auditif suggèrent que nous créons des attentes, en fonction de nos expériences stockées dans le cortex auditif, et que notre émotion est fonction du degré d’adéquation à l’attente.

« Un résultat intéressant, car la musique consiste en une série de sons qui, pris isolément, n’ont pas de valeur intrinsèque, mais arrangés ensemble en motifs agréables fonctionnent comme des récompenses », explique le Dr Robert Zatorre (International Laboratory for Brain, Music and Sound Research).

« Les circuits cérébraux impliqués dans les schémas de reconnaissance, de prédiction et d’émotions nous permettent d’expérimenter la musique comme une récompense esthétique ou intellectuelle. »

Science, 12 avril 2013.

Lorsque charmés à la première écoute d’un morceau de musique, nous décidons de l’acheter, que se passe-t-il dans notre cerveau ? Des neurologues de l’Université de McGill (Montréal) ont documenté la question avec une étude à l’aide de l’IRM fonctionnelle (IRMf). Ils découvrent une activité cérébrale spécifique mêlant des circuits anciens à d’autres récents, spécifiques des humains.

Valorie Salimpoor a fait écouter à des volontaires 60 morceaux de musique qu’ils ne connaissaient pas stockées, tout en leur faisant passer une IRMf. Cela révèle une activité dans le nucleus accumbens, « un centre où se forment les attentes gratifiantes. » Et même, on s’aperçoit que l’activité dans le nucleus accumbens prédit de façon fiable si la personne va acheter le morceau entendu ou non.

La deuxième observation importante est que le nucleus accumbens travaille de concert avec le cortex auditif, l’aire cérébrale de stockage des informations sur les sons et la musique. « Plus un morceau est reconnu comme gratifiant, plus les interactivités entre ces régions sont importantes », observent les auteurs.

En d’autres termes, poursuivent-ils, le cerveau assigne une valeur à la musique via des interactions entre un circuit dopaminergique ancien, mis en jeu dans des comportements de renforcement indispensables à la survie (l’alimentation, la sexualité), et des régions parmi les plus évoluées du cerveau, impliquées dans les processus cognitifs avancés, et qui ne sont présentes que chez les humains. Chaque individu a un cortex auditif modelé selon ses propres critères, au fil de ce qu’il écoute. D’ailleurs, tout le monde n’aime pas les mêmes morceaux de musique. Les interactions entre le nucleus accumbens et le cortex auditif suggèrent que nous créons des attentes, en fonction de nos expériences stockées dans le cortex auditif, et que notre émotion est fonction du degré d’adéquation à l’attente.

« Un résultat intéressant, car la musique consiste en une série de sons qui, pris isolément, n’ont pas de valeur intrinsèque, mais arrangés ensemble en motifs agréables fonctionnent comme des récompenses », explique le Dr Robert Zatorre (International Laboratory for Brain, Music and Sound Research).

« Les circuits cérébraux impliqués dans les schémas de reconnaissance, de prédiction et d’émotions nous permettent d’expérimenter la musique comme une récompense esthétique ou intellectuelle. »

Science, 12 avril 2013.

Dr BÉATRICE VUAILLE Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... 2

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Réforme du troisième cycle : les jeunes voient rouge, s'estimant exclus des discussions

internes

Le torchon brûle autour de la réforme du troisième cycle des études médicales. L'Intersyndicat national des internes (ISNI) et... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter