Patients psychiatriques : ne pas renoncer à les faire maigrir

Patients psychiatriques : ne pas renoncer à les faire maigrir

24.04.2013
  • 1366796301428338_IMG_103980_HR.jpg

L’obésité est-elle un moindre mal chez les patients souffrant d’une maladie psychiatrique grave ? Ce n’est certainement pas l’avis de chercheurs américains qui montrent dans une étude contrôlée publiée dans le New England Journal of Medicine que des programmes d’amaigrissement inspirés des thérapies cognitivo-comportementales sont efficaces dans cette population vulnérable 2 fois plus à risque d’obésité que la population générale. Au terme d’un suivi de 18 mois, le groupe intervention qui comprenait à la fois des sessions de groupe et individuelles ont perdu davantage de poids, - 3,2 kg en moyenne, par rapport au groupe témoin.

Des conseils simples

L’objectif du groupe intervention visait à réduire l’apport calorique en évitant les boissons sucrées et la « junk food », en particulier les bonbons et les en-cas riches en graisses, en mangeant au moins 5 fruits et légumes par jour, en choisissant des portions plus petites et des en-cas diététiques et en participant à des séances d’exercice de gymnastique d’intensité modérée.

Sur les 291 participants, 58,1 % étaient atteints de schizophrénie ou de troubles schizoaffectifs, 22,0 % de maladie bipolaire et 12,0 % de dépression majeure. L’indice de masse corporelle (IMC) était de 36,3 et le poids moyen de 102,7 kg. La différence de perte de poids entre les deux groupes s’est creusée à chaque rendez-vous (6, 12 et 18 mois) en faveur des programmes d’amaigrissement. Dans le groupe intervention, 37,8 % des participants ont perdu 5 % de leur poids initial, par rapport à seulement 22,7 % dans le groupe témoin. HTA, diabète de type 2, dyslipidémies, les patients psychiatriques présentent de nombreuses maladies liées au surpoids. Alors que les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de décès chez ces sujets, leur taux de mortalité est 2 à 3 fois supérieur à celui de la population générale.

New England Journal of Medicine, 2013; 368:1594-602.

 Dr I. D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
25.04.2013 à 12h05

« Une bonne manière de prendre soin de la santé de nos patients psychiatriques via leur tour de taille est d'abord d'éviter de leur laisser prendre 18 kg en quelques mois quand il est évident que le t Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 23

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter