Menace d’emprisonnement : l’ANSM appelle ses experts à la confidentialité la plus stricte

Menace d’emprisonnement : l’ANSM appelle ses experts à la confidentialité la plus stricte

24.04.2013
  • 1366823172428486_IMG_104005_HR.jpg

Selon « Le Figaro » du 24 avril, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a rédigé un nouveau règlement intérieur qui prévoit des sanctions pénales et financières pour les membres « trop bavards ».

Le personnel qui manquerait à l’obligation de confidentialité encourt jusqu’à 15 000 euros d’amende et un an de prison. Sont confidentiels, selon « Le Figaro », « les discussions, les votes ou encore les documents soumis à l’examen des experts ».

L’ANSM, contactée par « le Quotidien », confirme qu’un nouveau règlement intérieur est dans les tuyaux. Les différentes commissions doivent l’approuver avant qu’il n’entre en vigueur. L’Agence n’invente pas de nouvelles sanctions afin de dissuader les fuites dans les médias. Ce qu’elle fait, c’est un rappel à la loi. Depuis dix ans en France, « la révélation d’une information à caractère secret par une personne qui en est dépositaire soit par état ou par profession, soit en raison d’une fonction ou d’une mission temporaire, est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende » (article 226-13 du code pénal). Cet article de loi est généralement utilisé pour le secret médical.

Les experts externes dans le collimateur

Quelle est la cible de ce « rappel à la loi » ? L’ensemble du personnel de l’ANSM, mais aussi - et surtout - les experts externes. « Les fuites d’information constatées ces dernières années ne sont pas venues de l’intérieur », expose une source à l’Agence du médicament.

En termes d’affichage, le calendrier n’est pas très heureux. La loi vient de créer un statut protégé pour les lanceurs d’alerte, et le pouvoir politique clame la transparence à tous les étages. Les experts médicaux accueillent diversement ce nouveau règlement intérieur.

« Je comprends qu’il y ait un devoir de réserve, mais là, l’agence se barricade, dénonce celui-ci. Depuis 2011, Dominique Maraninchi [le directeur général de l’ANSM] ne s’est pas référé à cet article de loi alors qu’il aurait eu des occasions de le faire, alors pourquoi ce rappel au code pénal maintenant ? Dominique Maraninchi n’a pas réagi lorsqu’il y a eu des fuites dans la presse sur le Mediator. À l’Agence, tout le monde sait qui a parlé, mais à ma connaissance l’expert concerné n’a pas été rappelé à l’ordre officiellement. Il y a également eu des fuites dans la presse au sujet de la pioglitazone [Actos] suspectée d’entraîner des cancers de la vessie. De même cela n’a pas été sanctionné ».

L’ombre de l’affaire Cahuzac

Cet ancien président de commission à l’Agence admet que les fuites sont désagréables. « Il m’est arrivé plusieurs fois d’être appelé deux ou trois heures après une réunion sensible, par un patron de labo qui savait qu’était envisagée une décision n’allant pas dans son sens. Quelqu’un l’avait prévenu ! Le problème de la confidentialité a toujours existé. Ces dernières années le politique s’est trouvé dos au mur dans plusieurs affaires (Mediator, pilules, Diane 35, benzodiazépines...). Je peux comprendre que l’Agence veuille éviter les campagnes de presse titrant sur 3 000 morts. L’idée, c’est aussi sans doute de dissuader les experts tentés de vendre une information à l’industrie. En ce sens, peut-être y a-t-il un lien avec l’affaire Cahuzac ».

DELPHINE CHARDON
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
25.04.2013 à 10h25

« Eviter les scandales, c'est préserver la consommation des drogues et, au final, préserver la santé de l'industrie pharmaceutique : l'éthique est judicieuse. »

Répondre
 
Raphaël L Médecin ou Interne 25.04.2013 à 08h57

« Le peu de confiance qui restait envers ces institutions d'état est définitivement perdu. Les valises de billets vont pouvoir revenir en catimini, maintenant que le secret sera scellé. »

Répondre
 
FREDERIC M Médecin ou Interne 25.04.2013 à 07h23

« Comme leurs experts doivent n'avoir aucun conflit d’intérêt, personne ne connaît donc quel journaliste viendrait les interroger ? »

Répondre
 
25.04.2013 à 00h11

« Transparence des institutions "au service de la population", liberté d'une presse éthique, curiosité et investissement citoyen, ET UNE VRAIE LOI SUR LES LANCEURS D ALERTE : quelle bouffée d'oxygène Lire la suite

Répondre
 
24.04.2013 à 20h47

« Et que deviennent les "lanceurs d'alerte".....encore une loi scélérate.»

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Santé au travail, médiateurs, coaching : comment Touraine veut « soigner les soignants » dans les hôpitaux

touraine

Attendu depuis des mois par la communauté hospitalière, le plan d'action du gouvernement visant à améliorer les conditions de travail des... 3

Vaccination par les pharmaciens, protection maternité : le budget de la Sécu définitivement adopté

vaccin ph

Le Parlement a adopté définitivement ce lundi, par un ultime vote de l'Assemblée nationale, le PLFSS 2017 (projet de loi de financement de... Commenter

Le nombre de cancers a augmenté de 33 % entre 2005 et 2015 dans le monde

En 2015, 17,5 millions de cas de cancer ont été recensés dans le monde, ainsi que 8,7 millions de décès, selon la dernière édition du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter